Génocide rwandais : Kigali émet un mandat d’arrêt international contre Aloys Ntiwiragabo

Dakarmidi  – Le Rwanda a émis mardi 25 août un mandat d’arrêt international à l’encontre d’Aloys Ntiwiragabo. L’ancien patron des renseignements durant le génocide de 1994 est déjà sous le coup d’une enquête de la justice française depuis fin juillet, déclenchée suite aux révélations du journal Mediapart.

Les enquêteurs du journal en ligne ont retrouvé le militaire en France, dans la banlieue d’Orléans, à une centaine de kilomètres au sud de Paris. D’aprè sMediapart, l’homme y vivrait depuis « au moins 14 ans ». Selon son avocat interrogé par RFI, Aloys Ntiwiragabo ne se cache pas. Mais certains rescapés du génocide craignent qu’il ne disparaisse à nouveau dans la nature. La demande de Kigali pourrait permettre d’accélérer la procédure.

Avec ce mandat d’arrêt international, la justice rwandaise ne s’attend sans doute pas à une extradition. La France a, jusqu’à présent, toujours refusé d’envoyer de présumés génocidaires au pays des mille collines pour y être jugés. En revanche, on peut penser que Kigali espère voir Aloys Ntiwiragabo arrêté rapidement.

Plus recherché depuis 2004

Le procureur général rwandais indique travailler avec ses collègues français. Mais par ce mandat d’arrêt, Aimable Havugiyaremye met aussi la pression sur eux. D’autant que d’après Mediapart, Interpol a également été saisie.

Le procureur général rwandais avoue à Mediapart un « soulagement » lorsqu’il a appris que l’ancien chef des renseignements était encore vivant. Selon lui, ses services ont travaillé d’arrache-pied pour rédiger un acte d’accusation en support de leur mandat d’arrêt. Dans les documents de la justice internationale, Aloys Ntiwiragabo est présenté comme faisant partie des penseurs du génocide des Tutsis.