Présidentielle 2019: Oumar Sarr persiste et affirme

Oumar SARR , Secrétaire Général National Adjoint par ailleurs  Coordonnateur Général du PDS, a dénoncé les tentatives du pouvoir de Macky Sall d’empecher leur candidat de se présenter à la prochaine présidentielle

» Sans illusion aucune. Nous savons tous que nous avons une justice aux ordres et que le droit est rarement dit. Le politique est dicté à sa place. Hélas pour notre pays, autrefois exemple en Afrique en matière de démocratie.  Pourtant même sans carte d’électeur, Karim M. Wade peut être candidat.  La nouvelle loi électorale dispose en son article L57 : « Tout Sénégalais électeur peut faire acte de candidature et être élu, sous réserve des conditions et des cas d’incapacité ou d’inéligibilité prévus par la loi ».
Ce qui veut dire que, pour que Karim Wade soit candidat, il faut qu’il soit électeur. Cependant être électeur ne signifie pas disposer de carte d’électeur comme d’ailleurs qu’être Sénégalais ne signifie pas qu’on doit disposer d’une carte d’identité.
Et la loi électorale définit parfaitement ce qu’est un électeur. Elle dispose en son article L.27 « Sont électeurs les sénégalais des deux sexes, âgés de dix-huit (18) ans accomplis, jouissant de leurs droits civils et politiques et n’étant dans aucun cas d’incapacité prévu par la loi ».

Tout est dit. C’est parfaitement clair. Les gens d’en face en modifiant la loi pensaient comme les profanes qu’un « Sénégalais électeur » est un « Sénégalais électeur inscrit sur la liste électorale ». Que nenni ! La loi ne dit pas cela !
Karim a plus de 18 ans, il possède ses droits civils et politiques et il n’y a aucun cas d’incapacité prévu par la loi (Cf. verdict CREDI et excellent article du juge Yaya DIA).
Eh oui, c’est bien dommage pour eux, un électeur ne possède pas forcément une carte d’électeur.  Tout ça pour ca !

La Rédaction