L’Afrique de l’Ouest et du Centre se mobilisent contre les mariages précoces.

Dakarmidi –  Mettre fin aux mariages précoces en Afrique de l’Ouest et du Centre est un sérieux défi pour les dirigeant de ces parties du continent noir. A cet effet une rencontre de haut niveau est prévue dans la capitale sénégalaise, le 23 octobre courant. En prélude à cette importante réunion, un atelier préparatoire est organisé à l’intention d’ une  quarantaine de jeunes venus de 26 pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Il se déroulera les  20 ,21 et 22 octobre.
La rencontre qui se tiendra à l’hôtel le Virage, a pour objectif de les préparer  à participer efficacement à la réunion de haut niveau, nous rapporte l’Aps, citant un communiqué  de Plan International qui lui est parvenu. Qui mentionne aussi que les jeunes, garçons et filles, âgés entre 15 et 25 ans qui participeront à la rencontre de haut niveau ont été sélectionnés pour leur engagement agissant pour la défense  des droits de l’homme. Pour la défense des  droits des filles et contre le mariage des enfants ».
Au sortir de cet atelier , il est attendu que les jeunes soient en mesure de « comprendre les stratégies nécessaires pour continuer le plaidoyer et l’influence autour du mariage des enfants », partager avec leurs pairs, les connaissances acquises au cours de l’atelier préparatoire pour poursuivre le combat sur le mariage des enfants ».
Les participants devront aussi avoir la capacité  de « suivre l’application des engagements clés pris par leurs pays respectifs durant la réunion de haut niveau’’ et « prendre des initiatives novatrices pour faire reculer le taux sur le mariage d’enfants’’.
D’après les estimations de Plan international, près de 15 millions d’enfants filles sont données en mariage dans le monde. Et dans ce lot, la région Afrique de l’Ouest et du Centre offrent les plus forts  taux de prévalence. Après le Sud asiatique.
Plan international a aussi révélé que: « Les cinq pays les plus touchés au monde sont de l’Ouest et en Afrique centrale avec : 76 % au Niger, 68 % en République Centrafricaine et au Tchad, 55 % au Mali et 52 % en république de Guinée. Au Sénégal, le taux de prévalence du mariage des enfants est de 32%. »
C’est dire que la rencontre du 23 octobre vient à la bonne heure. D’autant que précise Plan international, si les tendances actuelles se poursuivent, » près de la moitié des jeunes filles mariées seront d’origine africaine en 2050. »
La rédaction. Source Aps