Air Sénégal : La lettre de démission de Philippe Bohn

Dans le cadre de « quelques réaménagements dans le haut management de la société », le Conseil d’administration d’Air Sénégal SA a relevé de ses fonctions Philippe Bohn, qui était directeur général de la compagnie depuis septembre 2017. Remplacé par Ibrahima Kane, qui était jusqu’à sa nomination directeur du Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis), Bohn est désigné membre du Conseil d’administration.

Ça, c’est la version officielle. Contenue dans un communiqué publié ce vendredi et signé par le Président du Conseil d’administration (PCA) d’Air Sénégal, Souleymane Ndéné Ndiaye.

Clin d’œil de Macky

Cette thèse est contredite par une lettre de Bohn portant la même date (vendredi 19 avril). La correspondance, consultée par Seneweb, est adressée au PCA de la compagnie avec copie au Président Macky Sall et au directeur de la Caisse des dépôts et consignations, Aliou Sall. L’auteur y annonce sa démission, non sans lister les acquis de ses 20 mois à la tête de la société.

Il dit : « Depuis septembre 2017, de nombreuses étapes ont été franchies. Obtention d’un PEA, acquisitions de plusieurs avions dont notre A330-900 Neo et l’ouverture de la ligne emblématique Dakar-Paris. Il y a moins d’une année, nous n’avions aucun appareil en vol, nous avons aujourd’hui deux ATR, deux A319 et un A330 en opération. Nous sommes passés de zéro à 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, sur une base annuelle, en quelques mois. »

Ces points positifs, le ci-devant patron d’Air Sénégal les attribue au chef de l’État. Il s’incline : « Ce succès collectif, salué par la communauté internationale, est avant tout celui du président de la République qui nous a apporté un soutien total et permanent. Air Sénégal, partie du Plan Sénégal émergent, est en premier lieu le fruit de sa volonté et de son engagement pour le développement économique du pays. Ce projet est prometteur et porte l’avenir d’un Sénégal performant et ouvert au monde. »

« Mission accomplie »

Considérant que sa mission à la tête d’Air Sénégal est « accomplie » et qu’ »une équipe de management (a été) préparée depuis plusieurs mois », Philippe Bohn indique dans sa correspondance qu’il est temps de passer la main. Cependant, il se tient « à disposition pour accompagner cette transition autant que de besoin ». Indiquant que de « nombreux challenges » attendent Air Sénégal avant de souhaiter « un bon vol à la compagnie, une des entreprises les plus dynamiques du continent africain ».

Selon une source ayant requis l’anonymat, c’est en apprenant que Bohn allait rendre le tablier que le Conseil d’administration a décidé d’annoncer les « quelques réaménagements dans le haut management de la société ».

But de la manœuvre ? Mystère.