Le bon comportement envers la mère en Islam

Dakarmidi – Le bon comportement envers la mère, cette personne si chère en Islam. Un rappel qui nous l’espérons nous permettra de méditer sur notre manière d’agir avec nos parents.

La mère, un trésor que le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a ordonné de chérir

Notre noble Prophète (‘alayhi salat wa salam) nous a demandé d’être bons envers nos parents. Ils ont enduré de nombreuses peines pour nous, nous ont éduqués et nous ont apporté tout ce qu’ils pouvaient. Nous devrions donc avoir un bon comportement envers eux car c’est le moins que l’on puisse faire pour eux.

D’après Ibn Majah, Ibn ‘Umar (qu’Allah l’agrée) a dit : « Un homme est venu voir le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) et dit : Ô Messager d’Allah ! Je suis venu pour accomplir le djihad en ta compagnie en vue du Visage d’Allah et la demeure de l’au-delà. Je suis venu auprès de toi en laissant mes parents en pleurs. » Il dit alors : « Retourne les voir, et fais-les rire comme tu les as fait pleurer. » Le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) nous ordonne d’être présents auprès de nos parents et de ne pas leur faire de peine. Ne soyons pas ingrats envers eux.

Par ailleurs, Ahmed, Ibn Majah et An-Nassaï rapportent d’après Mou’awiya As-Soulamy (qu’Allah l’agrée) qui a dit : « Je suis allé chez le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) et je lui dis : « Ô Messager d’Allah ! Je veux accomplir le djihad en ta compagnie en vue du Visage d’Allah et la demeure de l’au-delà.
Malheur à toi ! Ta mère est-elle toujours vivante ? » Rétorqua-t-il alors.
« Oui. » Répondis-je
« Retourne près d’elle et sois bon envers elle. » Dit-il ensuite. Ensuite, je vins lui parler de l’autre côté, et je lui répétai : « Ô Messager d’Allah ! Je veux accomplir le djihad en ta compagnie en vue du Visage d’Allah et la demeure de l’au-delà.
Malheur à toi ! Ta mère est-elle toujours vivante ? » Rétorqua-t-il alors.
« Oui, ô Messager d’Allah ! » Répondis-je.
« Retourne près d’elle et sois bon envers elle. » Dit-il ensuite. Enfin, je me tins face à lui pour lui parler, et je lui réitérai :
« Ô Messager d’Allah ! Je veux accomplir le djihad en ta compagnie en vue du Visage d’Allah et la demeure de l’au-delà.
Malheur à toi ! Ta mère est-elle toujours vivante ? » Rétorqua-t-il alors.
« Oui, ô Messager d’Allah ! » Répondis-je.
« Malheur à toi! Agrippe-toi à ses pieds, c’est là que se trouve le paradis. »Rétorqua-t-il enfin.

Nous savons où se trouvent les clés des portes du Paradis, à nous de les saisir en chérissant notre mère, en prenant soin d’elle, en l’épaulant, en la faisant sourire et en étant bons avec elle incha Allah.

D’après Anas ibn Nadr Al-Achja’y, « Une nuit, la mère de Ibn Mass’ud (qu’Allah l’agrée) lui demanda de l’eau. À son retour, il lui apporta de l’eau, mais il la trouva en plein sommeil. Il resta immobile auprès d’elle jusqu’au petit matin. »

Mohamed Ibn Al-Mounkadir a dit : « J’ai passé ma nuit à masser les pieds de ma mère, alors que mon frère ‘Umar a passé la sienne en prière ; sa nuit ne me comblait pas autant que la mienne. » Quelle bonté ! Prendre soin de sa mère est un moyen de parfaire notre pratique religieuse subhanAllah.

Qu’Allah accorde à nos mères Sa Miséricorde et Son Pardon. Qu’Il les préserve et fasse du Paradis leur ultime Maison.