Ma conviction personnelle sur le parrainage (Par Serge Ibrahima Malou)

Dakarmidi – Ce mécanisme, dans l’histoire constitutionnelle et électorale du Sénégal, n’est pas nouveau. Très tôt, il a été pratiqué pour postuler à la candidature de la fonction suprême de Président de la République. Dès 1963, pour être candidat à la présidentielle, il fallait être soutenu par un parti politique ou par dix (10) députés.

Ensuite, le nombre de députés requis est passé de dix (10) à cinq (05). Ce type de parrainage dit citoyen rétablit au contraire une égalité entre potentiels candidats, entre partis politiques et candidats indépendants et instaure une forte dose de légitimité dans la phase postélectorale. C’est très important de le signaler en faveur des protagonistes. C’est l’occasion d’écarter les participations fantaisistes.

Franchement, un parti politique ou un candidat indépendant, incapable d’avoir l’onction de 65000 personnes dans un Etat qui compte plus de 14 millions d’habitants et 6. 500. 000 électeurs, ne mérite pas le moindre plébiscite.