Franck Timis et le pouvoir de Macky Sall

Dakarmidi – Questekki 140 du mardi 02 avril  2019

Dossier Ressources naturelles : Franck Timis et le pouvoir de Macky Sall

Pour rappel, Franck Timis est venu insulter l’Opposition sénégalaise en  2017. Comme par hasard, celle-ci a abandonné la bataille sur la transparence de la gouvernance du pétrole pour soi disant s’occuper du processus électoral sans résultat. Or, l’Opposition a gagné une seule bataille contre Macky Sall, c’est l’annonce de la démission formelle de son frère Aliou Sall de Petrotim Sénégal le 13 octobre 2016 à la veille de notre manifestation.

Macky Sall n’a eu qu’un vrai mandat populaire de 5 ans qui s’est achevé en 2017. Depuis lors, il cherche à mettre en place des alliances politico-religieuses pour la distribution de la rente gazière et pétrolière en organisant des scrutins frauduleux.

Pour jouir de la rente gazière avec ses parrains dont  Franck Timis, Macky Sall cherchera à effacer le passé, détruire les patriotes et dompter les affidés. Ainsi, il ajuste son gouvernement de temps en temps, ce sera le cas début avril 2019. Franck Timis est resté fort et a pu rester présent pendant la période électorale et s’assurer que ses intérêts seront gardés. Le nouvel état-major gouvernemental de Macky  Sall lui sera favorable.

Pendant que Macky Sall et ses parrains occidentaux fêtent leur victoire administrative avec l’aide de la justice et de la gendarmerie ce deux avril, l’Opposition se ressource chez Serigne Bamba à l’occasion du Kassu Rajab pour préparer la prochaine bataille. L’Opposition devra mener la bataille du gaz ou disparaître. Un point c’est tout.

 

Dossier nouveau : Une loi d’amnistie de type Ezzan financier est inacceptable

En 2008, à la tête de l’AN  Macky Sall a fait voter la loi Ezzan et effacer les crimes politiques. Je m’en souviens, j’étais à l’AN soutenir Maître Ndeye Fatou Touré avec Moussa Ndiaye dont ce fut l’une des dernières apparitions publiques. Macky Sall peut être tenté de recommencer en faisant porter le chapeau à M Niasse avec l’objectif de nouer des alliances politiques pour le partage de la rente gazière.

On peut amnistier des crimes de sang sous le bénéfice du pardon et de la réconciliation. Des crimes financiers, Non. En effet, on ne peut pas définir des types de crimes financiers, choisir une période, cibler des catégories sociales, ministres, députés, président, élus locaux, DG,  et faire voter une loi d’amnistie. C’est inacceptable surtout pour couvrir la période 2012-2019 et blanchir des affaires comme Petrotim, Necotrans, Bictogo, et j’en passe.

Si des procès sont injustes, on les reprend. C’est cela la justice.

tekkisenegal.org