La parole au peuple… (Par Saa Kadior)

L’histoire retiendra sans nul doute le nom du pire Président du Sénégal de toujours. Etre nul est déjà insupportable et suffisant mais vouloir nous mener par le bout du nez en nous drainant dans la boue, cela est tout simplement inadmissible.

Ce peuple a appris à relever les défis au moment où l’on s’y attend le moins c’est pourquoi je continue d’espérer. Il faut quand reconnaitre que cette situation que nous vivons sous l’ère du « macky » même les cerveaux les plus avertis et les âmes les plus pessimistes ne pouvaient la prédire, tellement nous ne pouvions imaginer de la part d’un Président un tel degré de méchanceté et d’ivresse de Pouvoir.

Ce dont je n’arrive toujours pas à concevoir c’est le fait que d’aucuns croient encore à une justice déjà morte et persévèrent avec des recours sans fin pour toujours se buter sur la malhonnêteté des juges devenus soldats sous les ordres de notre hippopotame national. Pourquoi depuis 2012 nous assistons impuissant que de dignes citoyens soient calomniés, accusés de voleur de tous genre sans que personne ne réagissent. Ces réactions de salon n’ont jusqu’ici donné aucun résultats face à la détermination du Pouvoir à persévérer dans le forcing aveugle, incohérent et le plus souvent insolent. Aidé en cela par une certaine presse corrompue qui sélectionne et falsifie les informations et qui n’est que là où elle choisit d’être et que dire de ces analystes politiques borgnes qui ne voient que l’intérêt du Palais. Pour finir dans la tristesse je choisis ces juges courbés par le poids de l’argent qu’on leurs verse pour anéantir le peu d’espoir qui nous restait.

Ce Pouvoir ne cache point son jeu, il le fait au vu et au su de tout le monde MAIS bizarrement , déroule sans contrainte devant une opposition qui croit toujours à des communiqués, des recours et autres…

L’âne n’obéit qu’avec le bâton et si cet animal est gros comme la baleine, il faut un gros bâton pour le contraindre à obéir au vouloir du peuple. J’ai toujours soutenu que face à une injustice tout le monde doit se lever pour défendre un principe mais au Sénégal on attend qu’un proche soit touché afin de commencer à réagir. Lorsque les chiens du Palais s’étaient déchaînés sur Karim hormis ses sympathisants, tout le monde s’était tu au lieu d’en faire une bataille de principe, ignorant que la flamme allait atteindre tout le village. Une hémorragie on l’arrête à temps sinon elle peut laisser des dégâts collatéraux.

La cours de la CEDAO n’avait-elle pas jugé inéquitable le procès de Karim, forcé d’ être jugé devant une cours spéciale comme la CREI bien qu’étant un ex Ministre ?, que dire de l’organe des Nations Unies et de tant d’autres raclés que l’Etat du Sénégal a subi et continu de subir à l’étranger ?

Aujourd’hui tout ceux qui brandissent le rapport de la cours de la CEDEAO étaient là lorsqu’elle disait la même chose sur Karim MAIS ils avaient préféré rester sourd et muet.

Je me dresse aujourd’hui plus que jamais devant cette injustice que subi Khalifa par principe et par cohérence mais sachez que vous l’aviez vu venir sans réagir car dit-on : « l’enfer c’est les autres »…

Vu que l’heure n’est pas au procès d’intention, vu que l’occasion d’être ensemble et d’arrêter ce forcing endiablé est encore possible, alors unissons-nous sur l’essentiel !!! exigeons des élections sans parrainage, des élections sans discrimination ou de choix de candidats possible, des élections ou tout citoyen peut y participer au-delà d’un verdict émanent d’une cours spéciale ou de juges corrompus et ceci sachons dès à présent que ce sera au prix d’énormes sacrifices. Bien qu’ils continuent de verser du n’importe quoi dans le Lac de Guer pour nous réduire en des bénis oui-oui, raison pour laquelle il n’y a plus d’eau à Dakar, je suis convaincu que à l’image du cheval de sa garde présidentielle, Macky s’écrasera en plein jour.

La parole au peuple seul détenteur de la légitimité et il est temps qu’il se réveille et prenne les choses en main car c’est l’unique solution pour se défaire dès les lendemains de l’élection de 2019 de ce Président source de tous nos malheurs.

Saa kadior