Idrissa Seck : les raisons de la colère (Papa Mahawa DIOUF Coordonateur Cellule Communication Benno Bokk Yakaar)

Dakarmidi – En politique la loyauté devrait être un constant devoir et une permanente aspiration pour chacun; voire même une éxigeance pour tout acteur politique.

Exprimant la fidélité à des valeurs, à des compagnons, ou à son pays, la loyauté interdit le « double-discours », la duplicité, les attitudes tortueuses qui participent à décrédibiliser la classe politique.

Et justement, Idrissa SECK leader du pati REWMI, maître dans l’art des inclinations egocentriques, fait preuve d’une déroutante inconstance dans ses déclarations successives, et aussi intempestives que spectaculaires les unes que les autres.

D’abord il s’est présenté comme l’homme qui incarne la pensée de Abdoulaye Wade, en quelque sorte une forme de son excroissance intelectuel. Sectaire et maladivement obsédé par le poste de « numéro 1 », comme il le clame lui-même avec morgue, Idrissa Seck avait versé alors dans une sorte de narcissisme avant de se réveiller brutalement lorsque le « fils biologique » atteignit la maturité ainsi qu’il le racontait dans les fameux Cd.

Ensuite, l’obsession se transforma en un délire injurieux et colèrique contre le Président Wade et les hauts responsables du Pds. La décence nous empêche de reproduire ici les inhabités rarement proférées par un leader politique y compris contre ses pires ennemis. Plus tard, il  réapparaîtra pour dit-il se donner en sacrifice, « tel Ismaêl à Abraham » (je le cite).

Enfin, il y a à peine un an, il avait traité son ancien mentor et son fils de dealers, dépeignant alors Abdoulaye WADE  comme le seul responsable de son errance.

Voilà, que comme par enchantement, l’éternel facétieux du landerneau politique national, réapparaît dans son show favori qui a cessé d’être comique pour prendre une tournure kafkaiënne , pour nous servir: « je veux  un rendre un vibrant hommage à Me Abdoulaye Wade »,  » notre père »…

Décidement !.. A quel Idrissa SECK faut-il se fier ?

Mais l’homme se fait remarqué par ailleurs, pour ses attaques à la fois  violentes,  et subjectives contre le Président SALL, et comme à son habitude, colérique et déterminé, il a encore tenté lors de la minifestation de l’opposition, de contester un bilan au Président SALL. Quel dommage… puisque le bilan du régime du président SALL a cessé d’être un discours pour devenir une réalité économique et sociale, même si toute critique constructive serait naturellement la bienvenure.

Il faut dire que la frustration de l’homme est grande. En effet, tout puissant ministre d’État Directeur de Cabinet du Président Wade, premier ministre de 2002 à 2004, Monsieur Idrissa Seck a eu les pleins pouvoirs. Il a même été le cœur du pouvoir. Pourtant il ne peut se prévaloir d’un seul chantier au bénéfice des populations.

Voici qu’il revient aux basques du fils pour assurer sa survie politique. L’homme est un coutumier des faits. Il avait juré que les ponts étaient définitivement rompus avec les Wade et qu’y retourner relèverait de l’abomination. Il avait pourtant signé le honteux protocole de Rebeuss avant ses audiences de midi au palais alors occupé par les mêmes Wade. Voilà l’homme, dont la trajectoire fut un triste gâchis, qui ose, sans sourciller, tout honte bue, déclarer que « Macky Sall n’a pas de bilan ». Monsieur Seck n’est plus seulement un velléitaire, inconstant et arrogant. Il est devenu un adepte de la contre-vérité.

En allant à Thiès, Monsieur Seck n’a certainement pas vu la ville émergente de Diamniadio et ses chantiers: des cités administratives et résidentielles, des parcs industriels et des infrastructures hôtelières, des ouvrages sportifs et des centres commerciaux, des cités du savoir et des centres d’expositions et de conférence.

Sa jalousie maladive et sa colère permanente à l’encontre du Président SALL, l’empêche certes, de voir cette réalité.

Mais le Sénégal d’aujourd’hui c’est Sur l’Agriculture la politique d’autosuffisance en riz a fait porter la production rizicole a doublé passant de 400 000 tonnes à 1000000 de tonnes depuis 2016.

Grâce à la mécanisation et à la reconstitution du capital semencier, la production arachichière a atteint depuis 2016, le million de tonne alors qu’elle était de 300 000 tonnes en 2012.

S’agissant de l’électricité et de électrification rurale le régime du Président SALL a mis fin aux délestages intempestives en les faisant passé de 900h à 24h par an tout en accélérant le processus de l’électrification rurale avec 406 villages en cours  de branchement soit un réseau de 2000km. Dans le même temps, la politique de mix énergétique énergétique de l’État est en train d’être prise en charge avec notamment l’installation des centrales de bokhoul et de malincounda.

Sur l’accès à Eau potable c’est 157 forages ; 68 châteaux d’eau et 1734 km linéaires de réseau réalisés en moins de 4 ans. La moyenne de annuelle de construction de forage est passée de 02 par an entre 1960 à 2012, à 34 forages par ans eentre 2012 et maintenant.

Le Paquet social avec la Couverture maladie universelle (CMU), les Bourses de sécu familiale, la revalorisation des pensions de retraite, la baisse des impôts sur les salaires, la carte d’égalité des chances, maitrise de l’inflation su, etc)

Toutes ces mesures participent véritablement, à la réhabilitation de l’Etat protecteur et à la lutte contre les injustices sociales.

Pour finir, tout en faisant passer le taux de croissance du pays de 1,7% à 6,7%, la signature du Sénégal est confirmée sur les marchés financiers avec l’Eurobonds, prouvant à suffisance que notre pays va de mieux en mieux.

Sur les infrastructures s’est 790 km de pistes rurales seront achevées d’ici l’année prochaine et qui vont facilité davantage la moblité rurale. De 1960 à 2012 le Sénégal a réalisé  35km d’autoroute, d’ici 2019 c’est 224km de linéaire d’autoroute qui sera réalisé.

Nous attendons de SECK qu’il dise précisément ce qu’il a fait pendant les quatre années qu’il a été le cœur du pouvoir (2000-2004) alors que la conjoncture était encore plus favorable: alternance, remise totale de la dette publique, état de grâce. Surtout quel est le projet structurant qu’il porte pour le pays  à part de souhaiter le diriger vaille que vaille. Il ne dira rien parce qu’il n’a rien fait.

Pour rappel, toutes les réalisations de WADE ont été matérialisé par Macky SALL son premier ministre, y compris l’autoroute Malick SY, l’Aéroport International Blaise DIAGNE,  alors même qu’idrissa SECK les qualifiaient d’éléphants blancs.

De l’aveu même d’Abdoulaye WADE : « Macky SALL qui doit être un modèle de jeune, à force de qualité à force de fidélité, s’est imposé comme premier ministre du Sénégal et je suis très satisfait. »avant de renchérir  « Il est modeste, il ne fait pas beaucoup de bruit, mais il est efficace.. »

Pour finir il rajoute « …Avec lui je compte réalisé avant la fin de mon mandat, plus de projets que je n’ai réalisé depuis que je suis Président de la République. »

Au moins sur cela nous pouvons tous être d’accord.

Papa Mahawa DIOUF

Coordonateur Cellule Communication

Benno Bokk Yakaar