Gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge (Par Oumou Wane)

Dakarmidi – Bien entendu, les querelles de leadership dans les partis politiques n’existent pas qu’au Sénégal, et pas qu’au sein de l’Apr, mais quand même, quand ces guéguerres fratricides prennent le pas sur les problèmes prioritaires du pays, il y a là de quoi s’inquiéter et se manifester. L’économie, l’emploi, l’éducation, la santé, la sécurité,… tout cela est remisé au rayon des accessoires par ces gladiateurs apéristes qui s’étripent sur le terrain à Ziguinchor, Guédiawaye, au Fouta, à Fimela, à Kaolack, les yeux injectés de sang pour en découdre ! Mais qu’elle est belle l’ambition surtout lorsqu’elle repose sur le dos d’un pauvre peuple majoritairement analphabète et qui attend mieux de ses élites ! Sinistre spectacle !

Nos ambitieux de l’Apr en sont même arrivés aux mains ! Oui, ils ont échangé des coups de poing, les armes prêtes à servir ! Il y a vraiment bien là de quoi justifier l’ire du père fondateur du parti qui n’en finit pas d’être affligé… peuchère ces petits politiciens !

En effet, face au spectacle de désolation donné par les militants et autres responsables de l’Alliance pour la République, les coups de semonce de Macky Sall pour « siffler la fin de la récréation » sont de plus en plus nombreux et virulents, sans toutefois être entendus par les protagonistes de son propre parti qui n’en finissent pas de s’entredéchirer tant leur gourmandise est au dessus de la discipline et des remontrances.

«Je veux que vous arrêtiez le bavardage, les querelles inutiles et que vous vous mettiez au travail » prévient le chef de l’État en s’adressant à ses partisans. Mais rien n’y fait et c’est l’ancien Premier ministre Mimi Touré et Envoyée Spéciale du Président de la République, qui depuis son fief contesté à Kaolack, monte au créneau pour dénoncer l’indiscipline qui sévit au sein de l’Apr. «Ce niveau d’indiscipline pour un parti au pouvoir, ne rassure pas les citoyens’’. Oui Madame, nous confirmons !

Poursuivant sur sa lancée, Mimi Touré prévient ses frères ennemis : « Ça fait un an que j’interviens à Kaolack et je vais désormais voter à Kaolack à Kasnack-Centre. Bref, j’y suis, j’y reste, je m’y enracine », précise t’elle. Ambiance, ambiance !

Voici donc le climat délétère qui règne à l’Apr à quelques cinq mois des élections législatives de 2017, et ce, alors que les différentes forces de l’opposition tentent de s’organiser, empêtrées qu’elles sont dans des egos et velléités de certains partis à se peser et soupeser, sapant au passage l’unité qui pourrait leur donner un peu plus de chance lors de ces prochaines joutes. Mouth Bane a sonné l’alerte, mais sera t’il entendu ? Le réveil risque d’être dur pour ceux qui pensent avoir la capacité d’y aller seuls ou avec de petites coalitions souvent contestataires mais sans réel ancrage sur le terrain. Certes les percées médiatiques de Malick Gackou, de Sonko ou de Abdoul Mbaye sont fortes mais se transformeront-elles le jour J en votes sonnants et trébuchants au niveau national ? Pas sûr !

Allez, passons à la querelle des têtes de liste aux législatives et le harponnage des vieux qui ne lâchent pas l’affaire pour continuer à toucher les dividendes de leur soutien à Macky Sall en 2012. D’ailleurs était ce un choix ou une nécessité ? La victoire de Wade les aurait certainement tous envoyé en prison ou aux oubliettes. Aujourd’hui, Macky Sall se retrouve avec ces alliés qui ne sont plus que des coquilles vides puisque la sève et la pulpe sont parties ailleurs. Mais les vieux font comme s’ils avaient toujours les mêmes atouts en main, monnayant leur présence dans la coalition toujours au plus fort, certains postes expressément crées sur mesure… c’est un chantage sourd mais vaut mieux les avoir à côté de soi qu’en face ! Pourtant il va falloir savoir partir surtout dans le cas de Niasse. Oui, il serait même correct qu’il déclinât la tête de liste nationale, ne serait-ce que par politesse et bienséance, si par politesse et bienséance elle lui était proposée, tout en continuant de soutenir la coalition BBY.
D’ailleurs il n’a jamais dit publiquement qu’il voulait rempiler et certainement qu’il aspire lui aussi à une retraite paisible. A moins que, à moins qu’en coulisses, il s’applique à son maintien. A lui d’être clair car les citoyens attachent une haute importance à son cas précis ! En attendant, même si le profil de la tête de liste nationale de la coalition BBY est facile à deviner, une femme ou un homme aimé et respecté des sénégalais, capable de fédérer, diplomate, apte à vendre les réalisations de l’Etat etc,… rien ne suinte encore des pensées de Macky Sall, qui a pourtant déjà une bonne idée sur la question et cache comme un trésor son choix…mais nous savons lire Monsieur le Président, et même dans l’obscurité !

Quant au ballon de sonde Abdoulaye Makhtar Diop pour la tête de liste à Dakar, j’y vois un clignotant activé pour détourner nos regards de Amadou Ba et Abdoulaye Diouf Sarr car à ce stade, rien n’est automatique ni pour l’un ni pour l’autre, ce qui va surement contribuer à calmer leurs ardeurs de va-t’en-guerre ! Et puisque la bataille de Dakar aura bien lieu, un soin particulier sera apporté au choix de l’homme de la capitale ou à toute autre combinaison apte à faire face à Khalifa Sall… Pour ce défi, nul doute que les sondages secrets vont bon train pour la meilleure formule à lui opposer, le tâtonnement pouvant être fatal pour la coalition au pouvoir. D’ici là, soyons prêts à prendre connaissance de tous les cafards du maire de Dakar, car la première étape justement c’est de nous révéler que notre homme n’est pas si vertueux… et que des milliards en liquide, en fond de caisse sont passés entre ses mains. C’est comme un coup de massue que nous avons reçu lorsqu’en lieu et place d’entendre Khalifa Sall nous dire que tout ceci est faux et relève de la machination, il nous explique que c’est un usage qui date du siècle dernier… ce qui légitime donc de se servir allègrement dans la caisse sans coup férir ! Décidément, tous bonnets blancs et blancs bonnets !

Puisqu’à la guerre comme à la guerre, le chef de l’APR, qui avait annoncé à New York qu’il avait mis sous le coude certains dossiers, dans le cas de tous ces maires récalcitrants, il l’a apparemment levé et l’IGE a pu aller plus loin en transmettant leurs cas au Procureur de la République. Ça promet !

Alors amis, ennemis ?? En politique pour le moins, cela a t-il un sens ou bien doit-on compter avant tout sur soi-même ? Le prophète Mohamed psl a dit  » si tu aimes une personne, aimes le avec modération car elle sera peut-être un jour ton ennemi et si tu détestes quelqu’un fais le avec modération car il sera peut-être un jour ton ami ». Voilà une idée à méditer par le commandant de l’APR ! Peut-être est-ce aussi la raison pour laquelle Voltaire emprunta à Antigone cette formule : « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge ! »
Oumou Wane
Présidente africa 7