SÉNÉGAL-IMMIGRATION CLANDESTINE: LA MER ÔTE ENCORE NOTRE ESPOIR par Assane SARR

Dakarmidi  – Pathétique !
Pathétique !
Pathétique !

L’océan a encore renversé l’espoir d’une jeunesse fertile et l’Europe ne cesse de la vendre de l’illusion, une situation très très inquiétante pour un pays dont la jeunesse demeure l’épine dorsale de son développement. En effet, les 140 migrants, qui ont péri en mer la semaine dernière (22-25-26 octobre 2020), s’ajoutent encore au bilan du nombre de migrants, qui ont perdu amèrement la vie dans les mêmes circonstances il y a à peine cinq (5) voire (6) ans en arrière.

En fait, l’Organisation Internationale pour les Migrations, a, au cours de son rapport de 2019, fait savoir que 210 personnes, ont perdu la vie en mer au cours de cette année contre 251 personnes en 2020 (entre le 1er janvier et le 17 septembre). À en croire toujours à cette organisation relayant les informations relatives à l’immigration irrégulière, certains migrants n’ont pas été même retrouvés.

Le nombre de migrants qui ne sentiront jamais la fraîcheur de l’Europe, a alors, à travers ces informations accru. Et Malgré ce nombre pléthorique de migrants qui meurent sous les regards impuissants de leurs entourages, certains jeunes voulant poursuivre leurs rêves, confrontés parfois ou non à des difficultés, prennent encore les bateaux pour rejoindre cet « El Dorado » inexistant. Chaque minute qui passe nous fait rêver, mais chaque seconde dans l’océan pour rejoindre l’Europe est plus qu’un danger.

Les jeunes meurent!
Les jeunes meurent!
Les jeunes meurent!
Ils veulent tous rejoindre l’Europe!

En effet, même si les raisons qui poussent les uns et les autres à vouloir rejoindre l’Europe à tout prix sont pertinentes, prendre la pirogue pour y aller devrait être l’ultime chose à même mijoter. Il faut que les jeunes prennent encore le temps de réfléchir pour effectuer finalement les bons choix pour le devenir du Sénégal et surtout pour celui de leur continent dont la force est anéantie par l’Europe.

« L’Europe n’est pas plus nantie que l’Afrique pour ceux qui connaissent la vraie valeur de la richesse » ai-je dit.

La situation est vraiment inquiétante, mais l’espoir doit encore être nourri dans ce beau continent. Au Sénégal comme dans d’autres pays africains où le phénomène est fréquent, le manque d’emploi, la précarité de la vie entre autres ne doivent aucunement pousser les jeunes vers la sortie.

L’Afrique a besoin de cette jeunesse pour s’assurer un lendemain meilleur.

Assane SARR, Journaliste à Léral Tv, auteur du recueil de poèmes « PRÉMICES » paru aux Éditions Artige en mai 2020.

Fb: Les Chroniques de Assane SARR🤗✌🏿