Nouveau risque de «shutdown» aux Etats-Unis: le compte à rebours est lancé

Dakarmidi – Sur tous les écrans des chaînes d’informations américaines, le compte à rebours est enclenché : plus que quelques heures pour trouver un accord avant vendredi minuit (en heure de la côte est). Passé ce délai, ce sera le « shutdown » c’est-à-dire la paralysie de l’Etat américain, faute de consensus au Congrès où le vote du budget fédéral bloque sur les questions d’immigration.

Les républicains et les démocrates américains ne parviennent pas à se mettre d’accord au Sénat, alors qu’un consensus a été trouvé à la Chambre des représentants pour voter la loi de financement temporaire du gouvernement et éviter le blocage des instances fédérales au moment du 1er anniversaire de l’investiture de Donald Trump.

Les démocrates souhaiteraient que soit abordé le sort des « Dreamers »

Les parlementaires ont adopté une extension de quatre semaines, jusqu’au 16 février, par 230 voix contre 197. Le Sénat doit à son tour se prononcer avant vendredi minuit pour éviter tout « shutdown », mais le vote s’annonce bien plus serré. Jeudi soir, le sénat à majorité républicaine n’était pas certain de pouvoir compter les 60 voix nécessaires sur 100.

L’extension votée à la Chambre permet notamment le financement des forces armées et la pérennisation d’un programme public d’assurance maladie pour les enfants pauvres. Les démocrates souhaiteraient que soit abordé le sort des « Dreamers », ces 690 000 jeunes arrivés clandestinement enfants et désormais à la merci d’une expulsion.

Le dernier « shutdown » américain remonte à 2013. Il avait produit 16 jours de paralysie, rappelle notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve. Quand le Congrès américain ne parvient pas à voter la loi de financement du gouvernement, c’est tout le pays qui patine et ce sont d’abord des centaines de milliers de fonctionnaires fédéraux qui se retrouvent en congés sans solde. En 2013, 850 000 ont été réduits au chômage technique.

Exemptés : la Maison Blanche, la police, la poste et les transports aériens

Au Pentagone, plus gros employeur public, cela concerne la moitié des 750 000 employés civils. Les militaires eux ne s’arrêtent pas et sont payés en retard. Quelque 368 parcs et musées nationaux fermeraient en cas de nouveau « shutdown ». Difficile aussi en période de « shutdown » de faire son passeport ou son visa.

Les centres de recherche médicale fermeraient également, de même que la plupart des agences administratives fédérales comme les impôts. Le « shutdown » serait particulièrement difficile pour Wahsington. La capitale fédérale est financée directement par le Congrès : en clair, plus de ramassage des ordures même si transports et écoles fonctionneraient toujours.

Car le « shutdown » a aussi ses exemptés : la Maison Blanche, la police, la poste et les transports aériens. Coût total de ce blocage des Etats-Unis en 2013 : entre 2 et 6 milliards de dollars.

Source RFI