États-Unis : L’affaire Jacob Blake, ravive de nouvelles tensions raciales

Dakarmidi  – Alors que les afro-américains n’ont pas fini de porter le deuil de Georges Floyd assassiné dans des conditions atroces au mois de mai, voilà qu’une rocambolesque affaire aux relents de racisme vient 3 mois après, raviver les tensions raciales et les bavures policières aux États-Unis.

Jacob Blake, un père de famille de 29 ans, a reçu en pleine rue 7 coups de feu dans le dos à bout portant par un policier blanc du nom de Rusten Sheskey, indique plusieurs médias internationaux dont le New-York Times.

Les faits qui ont été filmés et partagés sur la toile se sont produits au courant du week-end dernier à Kenosha, dans le Wisconsin dans le nord des États-Unis.

Les images qui sont devenues virales montrent un jeune homme noir qui tourne le dos à 2 policiers en contournant un véhicule. Ces derniers le suivirent et au moment où la victime désarmée a ouvert la portière du véhicule, les policiers ont fait feu sur lui.

La scène était horrible à voir et a suscité une vague d’émotion et d’indignation dans le pays.

Jacob Blake est conscient après avoir été touché, partiellement paralysé par une balle qui lui a sectionné la moelle épinière a indiqué mercredi le Nytimes. Il a été évacué par hélicoptère vers un hôpital de Milwaukee dans le Wisconsin.

Cette apparente bavure policière a depuis dimanche produit à Kenosha des manifestations violentes occasionnant des morts, mentionne le quotidien américain.

Dans ce contexte de tension extrême, un adolescent de 17 ans est soupçonné d’avoir tué 2 manifestants par balle mardi soir dans des circonstances floues, a évoqué l’Agence France-Presse.

À travers le Nytimes, le shérif du comté de Kenosha David Beth a déclaré que trois personnes avaient été abattues. Le bureau du shérif enquêtait pour savoir si la fusillade était le résultat d’un conflit entre des manifestants et un groupe d’hommes armés qui ont déclaré qu’ils protégeaient des entreprises, a soutenu l’autorité.

Après trois nuits d’émeutes, quelques centaines de militants antiracistes ont rendu hommage dans le calme mercredi  aux deux manifestants tués la veille à Kenosha.

Les manifestations autour de la fusillade de Jacob Blake se sont répercutées dans des villes comme Madison, Wisconsin, Portland, Oregon, Minneapolis et New York.

Au moment où la campagne présidentielle américaine bat son plein avant l’élection elle-même prévue le 3 novembre prochain, les candidats à ces joutes ne sont pas restés indifférents sur ces récentes violences.

Dans un tweet, le candidat républicain à sa succession, Donald Trump, a annoncé des renforts dans l’État du Wisconsin. « J’enverrai des policiers fédéraux et la Garde nationale à Kenosha pour rétablir la LOI et l’ORDRE!», a-t-il insisté mercredi en dénonçant l’anarchie et le pillage dans cette partie des États-Unis. Pour sa part, Joe Biden, candidat des démocrates a exigé « une enquête immédiate et transparente et que les policiers répondent de leurs actes ».