Le professeur Moussa Seydi a, ce samedi, axé son intervention sur le traitement spécifique de la Covid-19

Dakarmidi  – Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à la tâche, passent des jours et des nuits dans les laboratoires pour trouver une solution contre cette maladie effroyable. Et les Sénégalais ne sont pas en reste dans cette quête de remède. Chef des maladies infectieuses de l’hôpital Fann.

Selon lui, l’association de l’Azithromycine-hydro chloroquine s’est révélée efficace selon leurs résultats. Mais, précise-t-il : « cette efficacité est évidente quand il s’agit d’une administration précoce mais elle est moindre dans les formes graves ».

Cependant, il annonce que l’Institut Pasteur de Dakar et le Centre des maladies infectieuses de l’Hôpital Fann ont initié une étude scientifique en vue d’évaluer l’efficacité d’un médicament dans les formes sévères. Il s’agit, renseigne-t-il, d’un médicament disponible depuis plus de 20 ans qui a une action anti-coagulante et anti-inflammatoire, efficace chez l’homme.

« Ces deux actions sont indispensables à obtenir dans le cadre de la prise en charge d’une forme grave. C’est pour cette raison qu’au Sénégal, nous avions inclus dans notre prise en charge l’utilisation des anticoagulants et des corticoïdes comme les antiinflammatoires bien avant les recommandations de l’organisation mondiale de la santé », a expliqué Pr Moussa Seydi. Avant d’ajouter : « Il s’agit d’une molécule qui a une puissance antivirale très importante in-vitro c’est-à-dire au laboratoire ».

D’après lui, les deux structures ont démarré le projet le 14 août 2020 conformément au protocole de recherches qui a été validé par le comité d’éthique national. « Nous sommes les seuls actuellement qui avons commencé ce projet de recherche en Afrique », se réjouit-il.