La politique, « un pis aller » à Sunugaal

Dakarmidi – Le Sénégal a la singularité d’être en Afrique de l’Ouest, le pays où l’on compte le plus grand nombre de partis politiques. En témoignent les 47 listes de partis et de coalitions de partis dirigés pour la plupart par des jeunes, qui ont participé aux élections législatives du 30 juillet dernier.

Ce fait inédit dans l’évolution politique du pays est loin s’en faut une preuve de bonne vitalité de la démocratie sénégalaise. C’est le signe d’un mal être, d’une désespérance, face à l’incapacité des pouvoirs publics d’asseoir une politique efficace de formation et d’emploi pour la jeunesse.

Cet échec de nos gouvernants ayant obscurci l’horizon des jeunes Sénégalais a fait de ceux d’entre eux qui ont acquis un niveau acceptable d’éducation et de formation, des adeptes de la courte échelle. Et faire de la politique est, pour cette jeunesse désemparé, l’échelle la plus courte pour réussir son ascension sociale. Au détriment du développement du pays.

La rédaction