Après les 13 milliards, le Président Sall décaisse encore 50 milliards pour maintenir la Cnca en vie

Dakarmidi – Pour éviter la fermeture, de la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (Cncas), suite aux recommandations de la commission bancaire de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), le Président Macky Sall a déboursé l’astronomique somme de 50 milliards francs Cfa.

En effet, la mission de la commission bancaire qui avait fouillé la gestion de la direction générale, recommandait des provisions de 80 milliards francs Cfa pour sauver l’institution financière. Un montant revu à la baisse jusqu’à 50 milliards FCfa.

Et pour maintenir la Banque en vie, une convention de cession de créances, entre la Cncas et l’Etat du Sénégal, a été signée. Seulement, après avoir épongé les crédits en souffrance de la Banque dirigée par Malick Ndiaye, l’Etat, à travers la Société nationale de recouvrement, éprouve d’énormes problèmes pour percevoir les sommes prêtées. Si l’on sait que plusieurs créanciers sont partis avec des centaines de millions ou milliards de francs de l’Institution sans aucune garantie.

A preuve, dans un document relatif à l’état des créances dont nous détenons copie, une société dénommée Da Tong entreprise projet Devel Agri, a contracté un prêt de 2 063 221 252 Cfa sans aucune garantie à la Cncas, la Société sénégalaise de marchandise céréale, 1649 191 152 Cfa sans aucune garantie, Energy service company Ltd, 1 055 229 420 Cfa sans aucune garantie, Sotiba Simpafric 85 617 796 Cfa, Action (2000) un prêt de 72 199 906, Aset 31 088 379 Cfa, Ortho International 222 353 615 Cfa. D’autres créanciers obtiennent des prêts de plusieurs millions, avec comme gage une voiture.

Pis, la Société nationale de recouvrement fait face à des créanciers décédés dont certains étaient des retraités de la Cncas. «La commission bancaire a fait des recommandations concernant la gestion de la Cncas. Et le ministre des Finances prendra les mesures nécessaires pour la viabilité de la banque. On ne peut comprendre que des personnes bénéficient de fortes sommes d’argent en guise de prêt, sans aucune garantie», confient des sources bancaires à « L’Observateur ».

Rappelons également que le Président Sall avait, dans un passé récent, volé au secours de la Cncas, en payant une dette de 13 milliards Cfa que leur devait des paysans, agriculteurs…dans le programme d’autosuffisance en riz.