Abidjan : une marche des femmes de l’opposition dispersée par la police

Dakarmidi – La police a dispersé à coup de gaz lacrymogène à Abidjan une marche des femmes de l’opposition contre un troisième mandat du président Alassane Ouattara. Les responsables féminines de l’opposition avaient appelé à une journée d’action des femmes sur tout le territoire ivoirien à la veille de l’investiture officielle par son parti d’Alassane Ouattara pour un troisième mandat.

Un appel à manifester à un moment où les autorités ivoiriennes ont interdit toutes manifestations en Côte d’Ivoire jusqu’au 15 septembre.
Vendredi, des femmes par petits groupes ont commencé à se rassembler dans plusieurs localités du pays et à Abidjan.
La police a dispersé à coup de gaz lacrymogène une marche des femmes de l’opposition contre un troisième mandat du président Alassane Ouattara dans la capitale économique ivoirienne.
A Cocody, le quartier présidentiel ainsi qu’à Yopougon, commune réputée être le bastion de l’opposition, un important dispositif policier avait été mis en place avec des policiers anti-émeutes aux carrefours stratégiques pour dissuader toute manifestation.
A Bonoua (sud-est), fief de l’ex-première dame Simone Gbagbo, les femmes ont marché dans le calme, sous une bonne escorte de la gendarmerie rapportent des témoins.
Toutefois, des manifestants dont de nombreux jeunes ont érigé des barricades coupant la route internationale qui lie Abidjan à la frontière du Ghana.
Dans plusieurs autres villes, les forces de l’ordre ont dispersé les quelques rassemblements signalés.
Le président Ouattara, 78 ans, élu en 2010 puis réélu en 2015, avait annoncé dans un premier temps en mars passer le relais à son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.
Mais après le décès d’un infarctus de ce dernier le 8 juillet, M. Ouattara a annoncé le 6 août qu’il briguerait finalement un troisième mandat.
La Constitution limite à deux les mandats présidentiels, mais opposition et pouvoir sont en désaccord sur l’interprétation de la réforme adoptée en 2016: les partisans de Ouattara affirment qu’elle a remis le compteur des mandats à zéro, ses adversaires jugent anticonstitutionnelle une troisième candidature.
Le premier tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire a été officiellement fixé au 31 octobre.