Séjour du roi Mohamed 6 au Sénégal, la grosse bourde de Malick Gackou

Dakarmidi – Les élans de promotion en vue d’une meilleure coopération sud-sud sont des moments privilégiés à valoriser ne serait-ce que pour redorer l’image de l’Afrique, ce continent, berceau de l’humanité, qui regorge d’infinies ressources et d’énormes potentialités et qui, malheureusement, tarde à décoller. Le roi Mohamed 6 en grand visionnaire, a senti qu’il était nécessaire pour le Royaume Chérifien de réorienter ses investissements vers les pays africains frères, au moment où, malgré de vives tensions dans certains pays, l’Afrique cherche à s’unir, et à se hisser au concert des nations développées.

C’est ainsi, en homme averti, qu’il a décidé de s’ouvrir au marché du continent. Paradoxe, au moment où le Maroc se lève pour booster entre autre l’économie sénégalaise, où ses banques privilégient d’accompagner certains projets de l’Etat et les sociétés privées, des hommes épris de pouvoir, calfeutrés dans leur désir, loin de l’esprit qui fonde la République, portent des œillères, ne voyant de fait que la chaise présidentielle comme unique cible, oubliant l’intérêt national, le sacerdoce qui doit nous unir tous.  Est-il élégant que Malick Gackou, vu son rang dans la classe politique, et qui cherche à incarner la République demain, de s’attaquer à cette belle fraternité qui lie le Sénégal au Maroc depuis des décennies ?

S’il faut le lui rappeler, Mohamed 6 en tant que roi du Maroc, n’est pas venu spécialement à Dakar pour rencontrer Macky Sall, même s’il loue ses actions et son vœu de faire bouger les choses au Sénégal, bien au contraire, son geste si hautement salué va au-delà de la personne du Chef de l’Etat, c’est tout le peuple sénégalais qu’il est venu rendre visite au nom de l’Etat frère du Maroc pour des raisons profondes, qui dépassent de loin le cadre du business et de la recherche du profit. C’est une action qui loue l’amitié entre deux pays unis par l’histoire, la politique, la diplomatie et la religion. Son geste est d’une telle noblesse, qu’il est à mettre dans les pages  glorieuses des figures emblématiques, qui, à travers l’histoire, attestent de leur volonté de servir exclusivement les peuples.

Jamais dans l’histoire politique du Sénégal, un leader ne s’est levé pour s’attaquer à un partenaire aussi stratégique, et quand on interpelle l’histoire ou les consciences, le Maroc ne chercherait jamais à sucer nos maigres ressources, comme le font certaines puissances occidentales avec nos pays. Et à chaque fois que de besoin, sur le plan social, entre autre, le Royaume Chérifien a été toujours présent quel qu’en soit le niveau de l’urgence. Et à travers l’acte symbolique de M6, qui renferme  une profonde sacralité, il ne serait guère normal  de mettre en cause vertement la coopération si fructueuse entre nos deux pays qui ne date pas d’aujourd’hui. Alors pourquoi vouloir saper les esprits et semer le doute dans la conscience collective? Quelle hérésie, quelle faute lourde de la part de Mr Gackou!

Au constat général, les deux Etats de part et d’autre mènent de gros investissements dans des secteurs porteurs et pourvoyeurs d’emplois. Les relations séculaires qui les lient interdisent  dès lors, tout acte antirépublicain. A la lumière de cela, si une personne s’oppose à cet acte de noblesse qui transcende les sentiments individuels en faveur du bien collectif, alors elle est sans doute mal intentionnée et très loin de connaître la quintessence  de l’excellence de notre coopération. Malick Gackou est dans ses droits de s’opposer, même s’il le fait de manière maladroite, ses ambitions  présidentielles ont fini par heurté sa personnalité et sa conscience propre. Le Marocain sur ses terres, aime et respecte le sénégalais et vice-versa. Quelle mouche donc a piqué Malick Gackou, au moment où tout le peuple sénégalais reçoit son hôte, son altesse royale Mohamed 6?

La Rédaction