La présidentielle 2019 en exergue

Dakarmidi – La livraison de mardi 31 juillet 2018 de la presse quotidienne traite de plusieurs sujets dont la politique, sous l’angle principalement de la prochaine présidentielle.
L’Observateur, par exemple, croit savoir que le locataire actuel du palais de la République, Macky Sall, ’’traque’’ l’ancien premier Hadjibou Soumaré, qui vient d’annoncer son intention de briguer la magistrature suprême.
La Cellule nationale de traitement de l’information financière (CENTIF) ’’activée pour une enquête sur les biens de l’ex-Premier ministre’’ Soumaré, également ancien président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, annonce-t-il.
’’Quels sont les moyens dont dispose l’ex-Premier ministre, Cheikh Hadjibou Soumaré, pour se lancer à la course à la présidentielle de 2019 ? L’Etat qui veut en avoir le cœur net, par le canal de la Cellule nationale de traitement de l’information financière (CENTIF), sur la provenance de ses fonds’’, écrit le journal.
’’Dans cette optique, ajoute le quotidien L’Observateur, l’Etat fouille dans sa liquidation de l’ex-Bank of Credit and Commerce International’’, un dossier de 8 milliards de francs CFA, selon le journal.
Si l’on croit L’As, pendant ce temps, des anciens du Parti démocratique sénégalais (PDS), au pouvoir de 2000 à 2012, s’organiseraient pour réélire Macky Sall en 2019, avec notamment comme fer de lance l’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, proche de l’actuel chef de l’Etat.
’’Les anciens libéraux n’entendent pas jouer les seconds rôles dans la perspective de la réélection du chef de l’Etat au premier tour. A l’initiative de l’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, Pape Samba Mboup et Serigne Mbacké Ndiaye, les anciens du PDS ont décidé de s’organiser’’, note L’As.
Un sujet alliant politique et justice, avec la présidentielle comme enjeu, concerne l’affaire Khalifa Sall, dont le procès en appel se tient depuis quelques jours, le maire de Dakar, condamné en première instance à 5 ans de prison pour notamment escroquerie aux deniers publics en mars dernier, devant être édifié sur son sort le 30 août prochain.
De nombreux quotidiens reviennent sur cette information, dont Sud Quotidien et Vox Populi, ce dernier précisant que comme en premier instance, l’édile ’’encourt 5 ans de prison’’.
Le procureur a demandé confirmation du premier jugement, selon Vox Populi, de même que L’Observateur qui signale que le premier président de la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji donne rendez-vous le 30 août, pour son verdict.
La rédaction