Justice : la population carcérale dépasse la norme, la détention préventive infinie unique mal

Dakarmidi – La population carcérale du Sénégal comptait au mois de septembre 2016, 9544 détenus. Environ 46,5% d’entre eux sont en détention préventive. Le taux d’occupation était estimé à 117,3% en 2014. Autrement dit, une surpopulation très avancée. Rebeuss (Ndlr : plus grand prison de Dakar) accueille le double effectif que ce que prévoit le capacité opérationnelle. 48% des détenus à travers le pays, sont logés à Dakar.

La région pénitentiaire de Diourbel-Thiès vient en deuxième position avec 21% de la population carcérale. Les régions de Tambacounda, Kaolack, Tamba, Kaffrine occupent 10%. Suivent les régions pénitentiaires de Saint Louis-Matam avec 8%. Tambacounda-Kédougou occupent 7% du pourcentage et enfin la région pénitentiaire Sédhiou-Kolda qui vient avec 6%. La taux d’incarcération au Sénégal pour 100000 habitants et de 61 personnes (2016).

La population carcérale sénégalaise a doublé durant les quinze dernières années. Ce phénomène s’explique par un recours excessif à la détention préventive, une loi criminalisant la possession et la vente de cannabis, un manque de magistrats et par l’augmentation de la population du pays.

Le parc immobilier est très vétuste, et certaines prisons pâtissent d’une forte surpopulation. Le gouvernement annonce, pour 2017, l’ouverture d’une prison de 1500 places destinée à remplacer celle de Rebeuss, la principale du pays. Elle sera financée dans le cadre d’un partenariat public-privé avec le soutien de l’Etat français. La création d’une Ecole nationale de l’administration pénitentiaire (ENAP) fait partie du projet.

La rédaction