En une déclaration, Idrissa Seck est devenu l’ennemi juré des libéraux. Ndamal Kadior s’est-il autoflagellé politiquement?

Dakarmidi – Idrissa Seck ne s’est-il pas perdu dans sa stratégie, ou, est-il allé trop loin dans sa recherche théologique? Depuis quelques temps, à chacune de ses sorties, le patron de Rewmi taquine des mots dans la langue de Molière, source de débats, de colère et d’étonnement. Après la polémique sur Bakka et Makkah, qu’il a bien voulu installer au Sénégal et qui a failli créer un lourd incident entre les Tarikhas, et ce pendant le Ramadan, Mr Seck ressurgit le jour de Eid, empressé de s’attaquer à son mentor, Me Wade, en faisant douter l’opinion sur le nombre de garçons qu’a ce dernier, et d’enfoncer Karim Wade, confirmant sa culpabilité et allant même jusqu’à demander une quête pour lui éviter une contrainte par corps, de fait, lui garantir un retour sans soucis.

Les libéraux sont alors, très remontés contre leur ex frère, qui a décidé d’ouvrir plusieurs fronts en même temps. Bonne ou mauvaise stratégie, « l’homme fort » de Thiès déroule son plan à quelques encablures de la présidentielle de février 2019, avec beaucoup d’incongruité et d’incohérences. Son double discours affole la toile et les esprits alertes. Et pourtant, il y a seulement trois mois, il avait réussi à s’attirer la sympathie des Wades et d’une bonne partie des militants libéraux, et à limiter la Présidentielle entre lui et le président Macky Sall. Alors beaucoup de sénégalais commençaient à le voir comme le conducteur d’une nouvelle vraie alternance. Hélas, cela s’est finalement effrité, à cause d’une pensée décousue et un flair de la bonne nouvelle évaporé. Alors, en s’attaquant à Wade, Idrissa Seck ne s’est-il pas autoflagellé? Le seul gagnant dans cet errement, est bien évidemment Macky Sall, qui observe de loin, cette guerre qui finira sans doute par lui procurer un second mandat dès le premier tour.

Idrissa Seck n’a plus de frein quand il taquine la langue française, excité devant les micros et les caméras, le patron de Rewmi ne cache plus son désir de vouloir liquider tous ses adversaires par le verbe. Son fameux « Lui et Moi » a refait surface, Wade avait essuyé, en son temps, alors tout puissant Président, les propos salés de Idy, d’ancien spermatozoide à futur cadavre, et aujourd’hui, le même Idy doute que Karim Wade soit le seul fils biologique de Wade. Quelle hérésie d’amener ce débat dans la place publique. Cela est intolérable pour les libéraux, qui ont décidé de lui mener la vie dure. Et dans les couloirs de la permanence Oumar Lamine Badji, est concoctée une fine stratégie qui risque d’éloigner définitivement Ndamal Kadior de la plus haute station de la République, son rêve de toujours devenu par son comportement un désir refoulé …

La rédaction