Corona –  Ludo – gestes barrières : Le chef de guerre sur plusieurs tableaux (Papa Ibrahima Diassé)

Dakarmidi – Ne jamais oublier que tout est communication comme théorisé par Paul Watzlawick, une des représentants de l’Ecole de Palo Alto, Il estimait qu’on ne peut pas ne pas communiquer. Tout ce que l’on dit, ne dit pas, fait ou ne fait pas, véhicule un message. Elle est verbale et non verbale, explicite et implicite à la fois. C’est dire que l’on ne peut pas vraiment décider ou non de communiquer.

Ceci m’amène à préciser d’emblée que le message appartient plus au récepteur (la cible) qu’à l’émetteur. Pour moi, il s’agit là, certes du chef de guerre mais qui est invité à arborer son manteau de père de famille pour passer même si c’est quelques secondes, un temps avec ses enfants qui tombent sur lui comme une des rares fois, dans les couloirs de la « zone de repli »

Et c’est d’ailleurs ce qui fait que certains éléments ont été mal raccordés dans la mise en scène du scénario de la photo du PR « jouant » au Ludo avec ses enfants.

D’abord l’accoutrement du président qui aurait pu être plus décontracté à l’image de celui des enfants. Cela veut dire à mon sens que Macky Sall est l’invité surprise, voire le grand intrus de cette partie car ne s’étant pas bien préparé pour occuper pleinement sa place dans le jeu. Appart sa cravate et sa veste, il est habillé normalement, en chef d’Etat travaillant dans son bureau. Ce qui certainement signifie qu’il n’était pas loin de son lieu de travail habituel (bien sûr, son bureau aménagé dans sa résidence à Mermoz).

Ils sont nombreux actuellement les compatriotes confinés dans les maisons et regroupés autour du Ludo, de la TV, du thé… et l’important c’est de se rappeler à travers ce message du PR que même dans ces circonstances, il ne faut pas baisser la garde. Continuons à mettre les masques, à utiliser le gel hydroalcolique et à faire tous les gestes barrières édictés. Voilà pourquoi la scène devrait être plus explicite et le message plus clair pour ne pas laisser de zones d’ombre comme c’est le cas. Il a fait les choses en demie, et c’est à mon sens ce qui a provoqué la vive polémique.

Mais encore, il n’y a pas plus normal que de jouer au Ludo en famille autour de ses enfants en temps de confinement, dans un cadre quasiment hors risque, je le pense, où l’on se met en masques alors qu’à côté, il y a des mouchoirs et du gel hydroalcolique.

Le Général déclare la guerre et joue au Ludo avec ses enfants, ont déploré d’aucuns. Encore qu’aucun cessez-le-feu n’a été annoncé.

Mais je le redis, le général à deux sortes de troupes que je nomme troupes actives et troupes passives. Les troupes actives sont formées de médecins, de ministres sur les terrains, des forces de l’ordre et de l’administration territoriale, et les troupes passives composées du peuple confiné à la maison dans la peur du lendemain. Eh bien ces derniers avaient bien besoin de sentir la présence du général à leur côté. Surtout que tout ce temps on a parlé que de cas de contaminations, que de couvre-feu et j’en passe.

L’ennemi étant agressif et ne respectant aucune convention, tous les compartiments du front doivent être intelligemment occupés. Et c’est surtout parce qu’il y’a encore des « blessés » dans nos rangs, en dépit de la présence remarquable et permanente des troupes actives au front 24h/24, que les troupes passives ont le droit d’être rassurées pour évacuer un temps soit peu, la peur et le stress qui les gagnent.

Mais encore sachant que vos troupes sont en garde-à-vous, vous ne devez cependant pas trop vous bunkeriser mon général. Les troupes actives veulent régulièrement vous voir à leur côté, faufiler aussi entre les lits des hôpitaux pour apporter un baume au coeur à nos « blessés ».

Idias