Ahmed Iyane THIAM, A DIEU MOURCHID (par Majib Sène)

Dakarmidi – Dans la vie de chaque peuple, on rencontre des hommes et des femmes d’une envergure exceptionnelle pour avoir su contribuer à l’émergence de leur pays, chacun dans son domaine de compétence.

L’histoire du Sénégal est truffée de ces exemples qui n’ont guère trahi nos attentes mais qui les ont certifiées, enjolivées et inscrites dans un haut registre de fierté et de sublimation autorisées. La fabuleuse histoire des femmes de Nder au Walo, les épopées glorieuses de nos Damels et Teignes et autres Bourba Djoloff, la résistance d’Aline Sitoé Diatta, les combats multiformes de nos guides religieux pour sauver nos âmes vouées à la perdition sous l’effet de l’ignorance, du mimétisme et de l’acculturation ; ces pages d’histoires glorieuses écrites par des hommes et par des femmes dans un contexte particulier, méritent de notre part respect, reconnaissance et considération.
Ahmed Iyane Thiam faisait partie des continuateurs de ces combats et il ne ménageait aucun effort pour arriver à des résultats appréciables. Pendant plusieurs décennies, il avait polarisé tous les regards en devenant un acteur incontournable dans les actes majeurs qui ont rythmé la vie du pays. Homme pragmatique, responsable de ses actes, refusant de porter toute camisole de force, il s’illustrait à travers des événements assimilables à des faits de société pour en faire la trame essentielle de ses combats. Homme charismatique, il était imbu des plus belles valeurs islamiques en consacrant toute sa vie à Dieu et à son pays. Originaire d’un pays à majorité musulmane, il avait commencé ses combats pour la défense et l’illustration de l’Islam bien avant les indépendances de nos pays.
Après avoir appris et maîtrisé le livre coranique, il entreprit de brillantes études dans les pays arabes, études au terme desquelles il devint un grand diplomate issu de la frange des arabisants. En 1988, j’ai eu le privilège de le trouver au Maroc assumant les fonctions de conseiller et de chargé d’affaires à l’ambassade du Sénégal. Généreux et disponible, il ne s’était jamais départi de la légendaire hospitalité sénégalaise malgré de multiples et incessantes sollicitations.

De l’Union Culturelle Musulmane à la Commission Nationale d’Observation du Croissant lunaire en passant par d’autres entités similaires, Ahmed Iyane Thiam avait toujours œuvré pour la défense et la pérennisation des valeurs islamiques dans notre pays faisant ainsi farouchement face aux antivaleurs que distillent çà et là certains effets pervers nés de la mondialisation.

Ahmed Iyane Thiam était un homme profondément croyant, viscéralement humble et foncièrement attaché à tout ce qui fait la grandeur de son pays. Il avait un cœur assez large pour accepter et considérer tous ses compatriotes mêmes ceux qui nourrissent à son endroit un mépris au figuré comme au propre. C’est parce que très jeune, il avait appris à pardonner imitant en cela Jésus Christ qui sollicitait le pardon du Seigneur en faveur de ceux qui l’avaient offensé car disait-il : « pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.

Cher Ahmed Iyane Thiam, nous pouvons attester que votre naissance, votre éducation et votre formation, vous ont donné de belles qualités sans lesquelles nul ne peut être un modèle à imiter et un exemple à offrir. Votre seul crédo c’est de marcher sur les traces de ceux qui ont partout semé sur les terres de leur chemin les fleurs de l’avenir. C’est dans ce registre et dans ce registre seulement que son aura se perpétua en occupant une place de choix dans le cœur de la majorité de ses concitoyens. Par la grâce divine, vous n’êtes ni rancunier, ni médisant et ni vindicatif car, comme toujours, vous considérer ces vilaines choses comme les soldats de Satan. Votre constance, votre fidélité et votre loyauté sont le terreau sur lequel a germé votre vie. Vous avez fait partie des miroirs qui nous renvoient les plus belles images d’un peuple fier et altier, un peuple jamais couché toujours debout pour construire son avenir.

Merci cher Ahmed Iyane Thiam pour avoir compris que la vie a un sens merveilleux parce que toute entière, tendue au service de la liberté et la fraternité. Pour ceux qui ne savent pas, signalons que Mourchid Iyane Thiam est un brillant intellectuel breveté à l’Institut El Azhar du Maroc en 1961 ; bachelier au Lycée égyptien Grand Maghreb Arabe en 1964 ; licencié en droit es sciences politiques à l’université Mohamed V de Rabat en 1968 en plus d’une thèse de doctorat à l’Université de Louvain de Belgique. Il est admis à l’ENAM en 1978 d’où il sortit conseiller des Affaires Etrangères. De 2000 à nos jours, il est secrétaire chargé des relations de la Ligue des Oulémas de l’Islam.

Mourchid Ahmed Iyane Thiam est un homme très expérimenté pour avoir depuis toujours, fourbi ses armes dans les sphères où l’on forme, éduque, instruit et aguerri tous ceux qui marchent dans le sillage des grands serviteurs. Sa franchise habituelle, sa sagesse, son élégance et son sens inné des bonnes réparties font que nous le respectons et le considérons comme partie intégrante des plus grands hommes d’Etat de notre pays.

Après une vie aussi belle que prestigieuse, il est parti, emportant avec lui, dans sa tombe, toute la gloire de sa génération.

Qu’Allah (SWT) le reçoive dans ses plus splendides jardins du Paradis ! Amine
A Zahra Iyane Thiam et à toute la famille, nous présentons nos condoléances attristées.

Majib Sène