Le sport veut de la bière dans les stades pour augmenter les revenus et améliorer la sécurité

Dakarmidi – Miguel López, entraîneur du Sporting Clube de Portugal, a déclaré à Lusa mardi que le club souhaitait être autorisé à vendre des boissons alcoolisées dans les stades pour augmenter ses revenus, améliorer son « expérience sur le terrain » et réduire ses risques pour la sécurité.

Selon Miguel Cal, le sujet est en discussion dans des groupes de travail de la Ligue portugaise de football professionnel (LPFP) et une proposition visant à « modifier la loi en vigueur de manière à ce que, dans un proche avenir, la vente de boissons fermentées à faible teneur en alcool dans les sites sportifs au Portugal « , est » à l’examen du Parlement « . L’objectif des lions est de rapprocher le Portugal des « meilleures pratiques internationales », l’administrateur soulignant quatre points fondamentaux, l’un d’eux ayant trait au parrainage, dans la mesure où 14 des 18 clubs de la NOS League sont parrainés par une marque de bière, tandis qu’une autre, la Tondela, est soutenue par une marque de vin.

En janvier, Super Bock a été annoncé comme la bière officielle des compétitions de football professionnel, ce qui marque le deuxième point pour le club de Lisbonne, qui souhaite que le championnat suive les pratiques de l’Angleterre, de l’Italie, de l’Allemagne, des Pays-Bas ou de la Belgique. que la vente de boissons à faible teneur en alcool sur les sites sportifs est autorisée. 

L’amendement de l’UEFA au règlement de sécurité pour les compétitions européennes de juin 2018 permet déjà la vente d’alcool dans les matches de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, à condition que cela soit autorisé par la loi de chaque pays.

Dans cette ligne, Cal a cité l’exemple de Chelsea, qui a obtenu des revenus plus élevés après l’autorisation de vendre des boissons alcoolisées dans les matches européens, permettant ainsi une « augmentation des revenus du club » car les gens « dépensent de l’argent dans les stades », mais aussi fin « avec la discrimination entre les supporters » de la zone VIP, où la consommation est autorisée. 

La modification de la loi permettrait également « d’améliorer l’expérience quotidienne, les gens devenant plus espacés, en évitant les files d’attente traditionnelles avant le coup de sifflet initial » et l’accumulation de personnes autour du stade.

Interrogé sur la possibilité que la mesure entraîne des risques d’insécurité plus importants à l’intérieur des locaux, l’administrateur a défendu qu’elle se produit « exactement au contraire », en se référant à des études montrant que l’entrée ordonnée dans les stades, au lieu de se produire au moment du match, permet plus de rigueur dans le magazine de sécurité. 

D’autre part, le contrôle du niveau maximum autorisé dans les stades contraste avec ce que les supporters peuvent boire à proximité immédiate des sites. Un autre facteur d’insécurité est la possibilité d’affrontements du fait de la concentration de supporters « en dehors du » cercle de sécurité « du centre-ville. stade « . Miguel Cal a souligné que la prétention n’est pas seulement le « vert et le blanc » et qu’elle est même dirigée « par la Ligue elle-même », rappelant un texte du directeur exécutif,

Le sujet a été discuté entre « toutes les sociétés sportives » dans divers groupes de travail, et l’administrateur en a profité pour rappeler la lutte contre « un traitement fiscal inéquitable entre le sport et les autres formes de culture et de loisirs », le football est taxé à 23% de TVA et les autres spectacles à 6%.