Coupe du Monde-Armand Traoré : « J’y pense et je garde espoir bien sûr. Je suis optimiste »

Dakarmidi – Absent de la Tanière depuis presque cinq ans, Armand Traoré a retrouvé l’équipe nationale lors de la fenêtre FIFA (matchs amicaux contre l’Ouzbékistan et la Bosnie Herzégovine). Le défenseur international sénégalais qui a retrouvé du temps de jeu du côté de Cardiff (D2 Angleterre) espère être du voyage pour la Coupe du monde 2018. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, l’ancien joueur de la Juventus et d’Arsenal est revenu sur son come-back en sélection, le niveau du groupe, la concurrence sur le flanc gauche, mais également ses chances d’être du rendez-vous russe.

Comment avez-vous vécu votre retour en sélection?

Armand : Super bien. Jai découvert un nouveau groupe, avec quelques anciens que je connaissais. J’ai bien évidemment fait de nouvelles connaissances. Mais dans l’ensemble, je suis entièrement content.

Qu’est-ce que cela vous fait de retrouver le groupe, après presque 5 ans d’absence?

Une très grande fierté. Quand j’ai entendu l’hymne national avant le match de l’Ouzbékistan, j’avais des frissons. Quelle fierté de représenter tout un pays.

Avez-vous eu un discours particulier avec Aliou Cissé à votre arrivée?

Un discours particulier, non pas vraiment. Mais j’ai eu une bonne discussion avec le coach et Kalidou Koulibaly un soir, après le dîner.

Quel bilan tirez-vous des deux matchs contre l’Ouzbékistan et la Bosnie ?

Je pense que le fait de ne pas perdre est une très bonne chose. L’Ouzbékistan est fortement sous côté, à mon avis. La Bosnie est une bonne équipe et peut créer des problèmes à n’importe quelle équipe. Il faut rappeler aux gens aussi que le coach avait mis en place un nouveau système. Il a eu le courage de l’essayer en deux jours d’entraînement. C’était certain que ça n’allait pas être absolument exceptionnel. Mais c’est important d’avoir plusieurs options.

Sur le plan personnel, quel bilan en tirez-vous?

Je ne suis pas trop satisfait de ma prestation. J’aurais aimé montrer beaucoup plus. Mais malheureusement, j’ai été victime d’une grippe le matin du match contre la Bosnie. Une maladie qui m’avait d’ailleurs gardé au lit jusqu’au dimanche. Je pense par ailleurs avoir fait de bons entraînements. Dans tout les cas, je remercie Dieu d’avoir eu l’opportunité d’être là pour mon pays.

Comment vous avez trouvé le niveau de l’équipe?

L’équipe est très talentueuse. Le rythme des entraînements était très élevé. Jai découvert des joueurs de qualité, avec beaucoup de détermination.

la publication de liste des 23, vous y pensez ?

J’y pense et je garde espoir bien sûr. Je suis optimiste.

Est-ce que vous sentez la concurrence au niveau du flanc gauche de l’équipe nationale ?

Je ressens cette concurrence bien sûr. Mais je pense que c’est une très bonne chose pour l’équipe. C’est également bien pour les joueurs concernés.

Après les deux matchs, avez-vous eu à discuter avec Aliou Cissé pour la suite à donner ?

Non, je n’ai pas encore eu le coach au téléphone.

Qu’est-ce qu’il vous faut pour espérer une place dans la liste des 23?

Je pense qu’il faut avant tout avoir la confiance du coach. Mais aussi avoir du temps de jeu et être performant en club. Après, le dernier mot revient à l’entraîneur.

Votre expérience du haut niveau pourrait-elle être un atout pour vous?

Oui, je pense que c’est un plus. Grâce à Dieu, j’ai vécu des choses extraordinaires. Donc si je peux apporter même au niveau psychologique à l’équipe, je pense que ce serait bien.

Pape Souaré est presque dans la même situation que vous. Est ce que vous le voyez comme un concurrent?

Pape souaré est un miraculé. Quand je le regardais jouer contre l’Ouzbékistan, j’ai ressenti un profond sentiment de soulagement pour lui. C’était une chose magnifique de le voir jouer. J’étais très content pour lui. C’est un concurrent bien sûr, car il joue à gauche comme moi. Mais le plus important pour moi, c’est qu’il soit de retour au niveau professionnel.

En club, est-ce que l’objectif est en phase d’être atteint?

La Championship est un championnat extrêmement difficile. L’objectif est toujours en phase d’être atteint. Mais il peut y avoir des surprises d’ici la fin de la saison. On va préparer les dernières rencontres dans le plus grand calme. J’ai connu la même situation avec QPR il y a quelque années. Donc, je peux dire que j’ai cette expérience.

Envisagez-vous de rester à Cardiff la saison prochaine ?

Dieu seul sait. J’ai eu quelques discussions avec le coach. Et c’est une possibilité. Mais on verra à la fin de la saison inch’Allah (s’il plaît à Dieu).

Quelle appréciation faites-vous du parcours de Sadio Mané en Ligue des Champions?

C’est un joueur exceptionnel. Il est en train de le montrer au niveau mondial, avec son bon parcours en Ligue des Champions. C’est un grand joueur, un garçon très gentil et humble.

Pensez-vous que Liverpool a les moyens pour (remporter la finale)?

Bien sûr, je vois Liverpool gagner. C’est ce qu’ils méritent, après avoir humilié Manchester City, sacré cette année champion d’Angleterre. Pour moi, Sadio Mané fait partie des joueurs qui peuvent faire gagner ce trophée à Liverpool. Il pourrait avoir un rôle déterminant.

La redaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci de renseigner votre nom