La présence étouffante des multinationales chinoises qui règnent sans partage

Dakarmidi – Le Syndicat National des travailleurs de la construction du Sénégal (Cnts/Btp) a tenu son 4e congres, samedi dernier, le 03 mars 2018. Son secrétaire général, Djaraf Alassane Ndao, a profité de l’occasion pour porter à la connaissance des autorités étatiques et des acteurs les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

Selon le journal Enquête, la plus grosse est le présence de multinationales chinoises. Par rapport à cette concurrence chinoise, M. Ndao, interpelle les autorités pour veiller davantage au renforcement du cadre législatif et réglementaire du partenariat public-privé pour favoriser une meilleure adaptation des Pme/Pmi et limiter les lourdeurs inhérentes aux principes de préfinancement qui plombent, selon lui, les entreprises locales.

Les membres dudit syndicat disent avoir mener depuis 2 ans, une campagne pour dénoncer cette présence étrangère. Puisque ce sont les conventions 98 et 87 qui doivent etre appliquées à ces multinationales. « Une équipe est allée rencontrer une entreprise chinoise à Nioro. Dans tous chantiers gérés par les chinois, nous n’avons pas le privilège d’y adhérer ». C’est grave, dit-on. Dans le même ordre d’idée, ces professionnels du bâtiment souhaitent que soit instaurée l’obligation de sous-traitance aux Pme d’une quote-part importante des marchés attribuées et l’encadrement des prix proposés par les multinationales qui, souvent disent-ils sont jugés peu intéressants.

La rédaction