Modernisation et renforcement du réseau électrique: Le Sénégal décroche un financement de 34 milliards de Fcfa

Dakarmidi – Pour moderniser et renforcer le réseau électrique de la Senelec, l’Etat du Sénégal mise sur les « Smartgirds » ou réseaux électriques intelligents. C’est dans ce sens qu’il a signé hier, jeudi 5 juillet 2018, une convention de financement avec l’Agence française de développement (Afd) d’une valeur de 34 milliards de Fcfa.

« Renforcer le réseau de transport afin d’absorber les capacités de production additionnelle, améliorer la gestion et l’intermittence des énergies renouvelables en augmentant l’intelligence des réseaux, augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique sénégalais et enfin densifier le réseau dan les zones les moins servies » a soutenu Yazid Bensaïd, le Dg adjoint d’Afd.

Cela permettra selon lui, de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, une priorité affichée par l’Afd. Dans son allocution, le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, a estimé que cette conviction d’un montant de 52 000 000millions d’euros, soit environ 34 milliards de Fcfa, est une contribution essentielle à l’exécution de cet important programme du secteur de l’énergie.

Ainsi ajoute t-il, le programme SMARTGRID permettra  de renforcer et de moderniser les réseaux de transport, afin de prendre en compte les nouvelles capacités de production énergétique de la Senelec et de réduire ainsi les pertes inhérentes au transport d’énergie. Il n’a pas manqué, par ailleurs, de se réjouir de l’engagement de l’Afd à accompagner la mise en oeuvre du Pse, engagements pris en février 2014 lors du Groupe Consultatif de Paris.

Venu assister à la rencontre, le directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé a soutenu que , grâce à la coopération française, 20% de la production de la Senelec proviennent des énergies renouvelables. Ce qui, renseigne t-il, classe le Sénégal parmi les premiers en Afrique subsaharienne en matière de production des énergies renouvelables.

Par ailleurs, il a laissé entrevoir la volonté du président de la République de faire de Gorée  une île verte. « Il est prévu une centrale solaire de 500 KWh. A partir de ce moment, le système électrique en Gorée sera alimentée par les énergies renouvelables », a t-il conclu.

La rédaction