Meurtre de Fallou Sene : Fallou Cheikhouna Mbacké accuse Macky Sall et son régime : « Il a eu la malchance d’étudier dans les universités qui sont devenues des champs de bataille des forces de l’ordre »

C’est avec tristesse et consternation que nous avons appris le meurtre odieux et lâche du jeune Mouhamadou Fallou Sene. « L’étudiant en Lettres de 25 ans, a succombé mardi à ses blessures suite à des « affrontements entre les forces de l’ordre et les étudiants dans le campus de l’Université Gaston-Berger », a indiqué le rectorat de l’UGB dans un communiqué. « Ce décès est intervenu lors d’échauffourées avec les forces de l’ordre qui ont « fait une vingtaine de blessés, dont 18 gendarmes », a déclaré Aly Ngouille Ndiaye de son côté, ministre de l’Intérieur.

Le mouvement xam sa bopp/Les Indépendants (MXSP) par la voix de son président Fallou Cheikhouna Mbacké est profondément attristé et chagriné par le décès de ce jeune étudiant, père de famille ! Les déclarations légères et irresponsables des autorités sont une confirmation de la conduite du régime qui dirige notre pays, le Sénégal par la répression en utilisant les forces de l’ordre contre la population, contre la jeunesse. Assez, ça doit cesser ! Macky Sall et son régime multiplient leurs actions en allant en guerre contre le peuple qu’ils devaient protéger.

Le machin de gouvernement éhonté a servi hier (mardi 15 mai) avec des thèses d’une légèreté surprenante, un communiqué pour dit-il annoncer une enquête. De qui se moque-t-on ? Le peuple n’est pas amnésique. La police du « Macky » agit depuis 2012 en utilisant les moyens armées contre les sénégalais, pour poursuivre leur politique qui minera le Sénégal à la « faillite ». Le Sénégal, ce pays chanté partout pour sa démocratie et sa stabilité légendaire, est entrain de devenir une dictature silencieuse sous Macky Sall. La répression barbare et sauvage des manifestations du 19 avril passé en est une preuve. Macky Sall et ses hommes ont opté pour la politique de la terreur. Nous pouvons prendre aussi l’exemple de Touba où les aperistes irrespectueux ont contourné le « ndigeul » des guides religieux et, aller jusqu’à tirer de coups de feu et tenter de saboter le vote lors des élections législatives du 30 juillet passé.

Fallou Sene est parti ! Il a eu la malchance d’étudier dans les universités sénégalaises qui sont devenues des champs de bataille des forces de l’ordre. Les « temples du savoir » sont devenus des « temples de la mort ». Il faut à chaque fois que les étudiants protestent, menacent, passent à l’action et que la confrontation avec les forces de l’ordre débouche sur des blessés et même des morts, pour que débute le paiement des bourses des étudiants de Cheikh Anta Diop. Ça doit cesser ! L’Etat fait sa politique bourgeoise en ignorant les priorités.

L’heure est grave, il faut agir et agir de la meilleure façon. Macky Sall et son gouvernement doivent savoir qu’ils sont les employés du peuple sénégalais. Ils ont été élus par le Peuple. Le seul appel qu’il faut faire valoir est l’inscription sur les listes électorales pour qu’au soir du 4 février 2019, le Sénégal se sépare de ce régime.

Nous prions pour le repos de l’âme de Mouhamadou Fallou Sene et présentons nos condoléances à sa famille et à toute la communauté estudiantine en général et de l’Université Gaston Berger (UGB) en particulier.

Fallou Cheikhouna Mbacké
Président du Mouvement « Xam sa bopp »/Les indépendants