Diourbel: Un incendie d’une rare violence provoque la mort d’un garçon de 5ans, 8 concessions calcinées et des récoltes parties en fumée

Dakarmidi – Le village de Keur Alé Fall, a été victime d’un violent incendie avant-hier, lundi 12 mars 2018. Le bilan est lourd: un garçon de 5ans y a perdu la vie, des récoltes, des animaux et des concessions en fumée.

Composé essentiellement de concessions en paille, le village de Keur Alé situé dans la commune de Mbondo à une dizaine de kilomètres de Diourbel, a été victime d’un incendie d’une rare violence. Ce jour là, les hommes étaient partis le matin au marché hebdomadaire de Ndiaréme. Mais ils ont vite rebroussés chemin, informés de la mauvaise nouvelle qui venait de s’abattre sur eux.

« Quand l’incendie s’est produit, nous étions toutes là entrain de discuter. Le feu est venu du voisinage. Ce sont les enfants qui m’ont alertée de l’incendie et je me suis dit que tout le village était parti en ruine. C’est ensuite que j’ai demandé qu’on détache les chevaux et les moutons » explique Mbéne Ngom, qui a tout perdu. « Je n’ai rien récupéré dans ma chambre je n’ai que ces habits que je porte actuellement, j’ai perdu 6 sacs d’arachide, près de 100 kg de mil, un sac de riz, de l’oseille. J’avais mis 38 000f dans ma valise et mes habits » indique t-elle.

Selon l’obs, même s’il n’y a rien d’officiel, pour déterminer les causes de l’incendie, il s’avère que l’origine serait un feu de cuisson non éteint dans l’une des cuisines. Mor Ngom âgé d’une cinquantaine d’années, comme la plupart des hommes des du village, était parti au marché hebdomadaire de Ndiaréme. « J’ai perdu 3 moutons, ma charrette, une tonne de mil, plus de 200 kg d’arachide et du riz. Mon jeune frère a perdu son cheval » liste Mor Ngom

Une fois que l’incendie s’est déclaré, la panique a envahi tout le village. Chacun cherchait où aller. Et Elimane Ngom faisait pareil, mais ignorait qu’il allait retrouvait la mort dans sa cachette. « On a trouvé l’enfant à côté d’un sac d’arachide, comme s’il cherchait un refuge. Surement, avec le bruit que ça faisait, il a dû aller là-bas pour se cacher » explique Dabia Marone, le chef du village.

Selon lui, on ne peut pas  quantifier les pertes, surtout s’il y’a perte de vie. 8 concessions sont partis en fumée avec tous les biens de ces familles. La croix rouge de Diourbel est venue apporter une dizaine de tentes, qui peuvent contenir au maximum dix personnes chacune, pour que les victimes ne dorment pas à la belle étoile.

La redaction