Commémoration des 50 ans de la disparition de Lamine Gueye: Une cérémonie religieuse prévue ce dimanche 10 juin

Dakarmidi – Une cérémonie religieuse pour commémorer les 50 ans de la disparition de Lamine Gueye, président de la première Assemblée nationale du Sénégal indépendant, sera organisée par l’Association pour la pérennisation de la pensée et de l’oeuvre de cet homme politique sénégalais le dimanche 10 juin 2018.
Prévue à partir de 10 heures, cette cérémonie se tiendra sur l’esplanade du cimetière de Soumbédioune, ex-Abattoirs, en présence de Serigne Maodo Sy Ibn Serigne Abdoul Aziz Sy (RTA), d’autorités politiques, coutumières et religieuses, ainsi que de proches et anciens compagnons de l’illustre disparu, précise-t-elle dans un communiqué.
D’après l’Aps,l’Association pour la pérennisation de la pensée et de l’œuvre du président Lamine Guèye, au-delà de cette journée de prière, compte organiser les 12, 13 et 14 novembre 2018, un colloque international et une exposition sur le thème : ’’Maître Lamine Guèye, itinéraire africain (1891-1968), pour évoquer le ’’parcours unique et exceptionnel’’ de son parcours.
« D’abord formé en arabe, à l’école coranique, puis à l’école française, Maître Lamine Gueye fut traducteur, puis enseignant’’, avant de poursuivre plus tard sa formation en France, rappelle le communiqué.
Titulaire d’une licence puis d’un doctorat en droit, et fort de « ses qualifications et de ses valeurs, Maître Lamine Gueye devient très vite un leader de la vie politique au Sénégal et un fervent défenseur des droits des populations victimes des abus du colonisateur, dans son pays et ailleurs en Afrique », ajoute le texte.
Il souligne que « ses positions successives au sein des institutions françaises (député du Sénégal au Palais Bourbon, etc.) lui permettent de poser des actes majeurs. Il est, par exemple, à l’origine de la loi qui étend la qualité de citoyen à l’ensemble des ressortissants des territoires d’Outre-mer (Loi du 7 mai 1946) et de celle sur l’égalité de traitement et d’avantages à tous les fonctionnaires civils et militaires d’Outre-mer (Loi du 30 juin 1950) ».
« Au Sénégal, c’est grâce à lui que les femmes obtiennent le droit de vote dès 1945. En tant qu’avocat, il s’était illustré, entre autres, dans la défense des tirailleurs ayant échappé au massacre du camp de Thiaroye en 1944 », peut-on encore lire.
Lamine Guèye fut par ailleurs maire de Saint-Louis (1925-1927) et de Dakar (1945-1961), « position qui lui permit d’octroyer des bourses d’études ayant rendu possible la formation de hauts cadres sénégalais dans différents domaines », indique-t-on.
La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
Merci de renseigner votre nom