Cette bande de malfaiteurs ont dévalisés plusieurs maisons

Dakarmidi  – Ils ont formé une équipe de malfrats très soudée où chacun a un rôle bien déterminé dans la bande. Les rôles sont bien définis et chacun sait ce qu’il doit faire quand ils faisaient une descente dans une maison. Eux, c’est Mouhamed Konare alias Papis Konaré, Oumar Cissé, Moussa Diallo alias « Pekoss » et Mbaye Samb alias « Préfet ».

Ces derniers ont, courant année 2016, cambriolé plusieurs maisons à Dakar dont celles Aïcha Karamoko, Yaye Hindou Gueye, Fatou Ndiaye, Khadim Kane, Marieme Ndiaye Diouf. Papis Konare, tête pesante de la bande, avait pour mission de choisir les maisons à cambrioler. En sus, il fournissait la logistique, notamment les véhicules pour transporter le butin, les fausses plaques d’immatriculation, les gyrophares, les gants, les pieds de biches, les marteaux et les testeurs d’or.

Oumar Cissé, Moussa Diallo alias « Pekoss » avaient, quant à eux, pour rôle de charger les produits volés. Là où Mbaye Samb alias « Préfet » était chargé de surveiller les domestiques pendant que ses acolytes dévalisaient les maisons dans lesquelles la bande se présentait. Quid de leur modus opérande ? Il ressort des éléments du procès-verbal d’enquête que les présumés faisaient usage de fausses qualités en se présentant comme des agents de la SDE, de la Senelec ou même de la police. Ils neutralisent les domestiques, les violentent avant de partir avec des objets de valeur plus précisément des bijoux en or, des téléphones portables, des télévisions, des ordinateurs et des sommes d’argent. Ils ont été arrêtés suite à a des plaintes qui ont été déposées par les victimes.

La perquisition faite chez Mouhamed Konare alias Papis Konare a permis de découvrir un certain nombre d’objets, dont un arrache-clou, deux paires de gants, une lime à métaux, deux plaques d’immatriculation, un cache-nez, une tenaille, un rouleau, une perceuse électrique, des clous y afférant, un matériel pour tester l’or, un chiffon, un flacon d’acide, un mini peseur électrique et un roman intitulé l’exécuteur.

Mouhamed Konaré a été formellement reconnu par plusieurs victimes notamment Seynabou Faye, Véronique Faye et Bineta Sané. Ces dernières le décrivaient comme étant celui qui dirigeait les opérations de cambriolage alors que Mbaye Samb alias « Préfet » a été formellement identifié par les nommés Thierno Birahim Ndao, Gnilane Diouf, Yama Bâ, Ndèye Dioukhala Cissokho, Rokhaya Pouye et Mohamed Bassirou Kane.

Attraits ce mercredi à la barre de la chambre criminelle, les accusés n’ont pas été jugés. L’affaire a été renvoyée jusqu’au 20 janvier prochain.