ASSANE LOPY ET SA BANDE RISQUENT GROS

Le moins que l’on puisse dire est que «le milliardaire de Facebook», Assane Lopy, qui vient de sortir de prison après une deuxième condamnation pour fraude sur des cartes bancaires, et ses acolytes risquent encore de trinquer. Libération révélait que la Division spéciale de lutte contre la cybercriminalité avait encore mis la main sur eux dans le cadre d’une rocambolesque affaire dont la victime n’était personne qu’Abdou Wahab Benjeloune de « Wahab Président » dont les cartes Cbao et Attihari avaient été dérobés.

Selon toujours le journal, le parquet a ouvert une information judiciaire pour «association de malfaiteurs, transmission de données en vue d’une opération de paiement électronique, détention frauduleuse de données de carte bancaire, utilisation frauduleuse de données, introduction frauduleuse de données dans un système informatique, escroquerie, usurpation de fonction, mise en danger, violences à agent et entrave à l’action judiciaire; détention de faux billets et blanchiment de capitaux».

Et c’est pour requérir le mandat de dépôt contre Assane Lopy et sa redoutable bande composée de Mouhamadou Sambou, Dame Thiam, Modou Dia, Papa Babacar Touré, Papa Ibrahima Touré, Mohamed Salif Ba, Fallou Sylla, Ousmane Dione et Saliou Diallo. Le ministère public a aussi demandé un mandat d’arrêt international contre Abdoulaye Sané, Sidy Ndiaye Sarr et Djibril Kébé alias Papy.

En faveur d’un retour de parquet, tous les interpellés feront face au doyen des juges, qui a hérité de l’information, lundi prochain. Concernant les mis en cause sous le coup d’un mandat d’arrêt, il faut préciser qu’Abdoulaye Sané est le vigile de la victime impliqué en même temps que Mouhamadou Sambou, son gorille qui se faisait passer pour un gendarme en mettant l’uniforme de son frère en service à la Lgi. Djibril Kébé pour sa part avait été arrêté.

Mais, lors d’un transport effectué à la Plage des Mamelles pour appréhender Modou Dia, il s’était évadé avec l’aide de Mohamed Salif Ba qui l’avait embarqué dans un 4×4 avant de foncer sur les policiers. Sidy Ndiaye Sarr est un récidiviste localisé au Maroc. Les enquêteurs ont découvert qu’il avait été sollicité par Dame Thiam pour « craquer » les deux cartes. À la suite des premières révélations de Libération, il a tenté, depuis son lieu de refuge, de démentir le journal.

Néanmoins, Sidy Ndiaye Sarr était déjà visé par la Dsc dans le cadre d’une plainte en cours pour des faits similaires. Mieux, Assane Lopy a admis, en garde à vue, que Sidy Ndiaye Sarr l’avait contacté via son WhatsApp 7745965…, à sa sortie de prison, pour qu’il lui cherche des personnes pouvant ouvrir des comptes en France dans le cadre d’un « coup » qu’il préparait. Lopy a d’ailleurs était très bavard face aux enquêteurs en leur parlant même de Dada, la maîtresse de Sidy Ndiaye Sarr.