Santé: un bracelet pour détecter le cancer

Dans ses laboratoires Google X, la firme californienne travaille à la mise au point d’un bracelet capable de détecter très précocement le cancer. Ce procédé utiliserait des nano-particules capables de patrouiller dans l’organisme à la recherche des premières cellules cancéreuses. L’objectif est d’offrir un diagnostic très précoce et donc un traitement plus efficace.

RÉVOLUTIONNER LE DIAGNOSTIC GRÂCE À LA NANOTECHNOLOGIE

C’est lors d’une conférence organisée par le Wall Street Journal, qu’Andrew Conrad, directeur de Google X Life Sciences, avait évoqué la première fois le projet Nanoparticle Platform. Ce projet a pour objectif d’utiliser des nanoparticules pour qu’elles patrouillent dans l’organisme à la recherche de cellules particulières, voire d’enzymes ou d’éléments biochimiques. Le but est de pourvoir détecter les maladies dès leurs prémices pour accéder ainsi à un meilleur traitement. “Tous les tests que vous pouvez faire par un médecin pourrait être réalisé grâce à ce système. C’est notre rêve“ s’enthousiasmait alors le chercheur.

Les nanoparticules, de la taille d’un milliardième de mètre (mille fois plus petites que l’épaisseur d’un cheveu) sont bien plus petites qu’une cellule humaine. Elles pourraient être ingérées sous la forme de comprimés afin de pénétrer dans le sang. Elles seraient conçues pour repérer et se fixer sur un type particulier de cellules, comme les cellules tumorales. Une fois “accrochées“, elles se mettraient à s’illuminer selon un procédé de bioluminescence bien connu par les scientifiques. Le diagnostic pourrait ensuite être réalisé en aimantant les nanoparticules à un endroit précis et en évaluant l’intensité de la luminosité à travers la peau grâce à un dispositif portable.

VERS UN BRACELET POUR DÉTECTER LE CANCER ?

Le site d’information américain “the Atlantic“ a pénétré dans le très secret laboratoire de Google X, où travaillent une centaine de docteurs et de chercheurs dans des domaines très variés. Andrew Conrad révèle alors que ses équipes travaillent à la mise au point d’un bracelet capable de détecter les cellules cancéreuses, ou plutôt, les nanoparticules accrochées aux cellules cancéreuses.

Doctissimo