Poème : Le Soleil Couchant (Assane Niang)

Dakarmidi – Ta mission s’annonçant, la foi grelotte

La barbarie dominante, la douceur sanglote

La justice vaincue, la corruption régnante
L’allégeance trahie, l’idolâtrie galopante

L’appel retenti, vint la pieuse guidée
Les shabbas se noyant dans leur Ipséité

Dans l’oubli, tu nous rappelle
Dans l’insouciance, tu nous aides

La parole de la félicité se proclamant
A l’image des fauves, Satan s’extirpant

Des cœurs des mécréants, il trouva refuge
Des bras des incrédules, il corrompt le juge

L’Imam tout debout, resta fort
L’héritage encore frêle, prit forme

La voix arborescente étala son ombre
La justice debout, bannit l’opprobre

Des terres mottes, jaillit l’abondance
Les vagues se retirèrent devant la sentence

Le cadavre devenant la risée des vautours
La guidée annoncée, hypnotisant la peur

La foi habite le cœur des aspirants en pleure
L’Imam, le soleil couchant, baissa ses lueurs

Les mélodies embaument les sévices de l’heure
L’héritier se pointe, ajustant sa mise de pasteur

Les troupeaux délaissés, aperçurent les lagunes
Un soleil se couche, un autre s’annonce de pleine lune

Assane NIANG
Shaaba de Seydina Limamou Lahi -PSL