Sénégal: L’Africain Gérard SENAC raconté par l’ancien ministre Souty TOURE. TÉMOIGNAGE EXCLUSIF

De nationalité française, mais patriote de cœur sénégalais, Gérard SENAC a déposé ses baluchons au Sénégal en 1989. Le bâtisseur des grands chantiers du pays de la Téranga est un homme très engagé dans le social. Le Président Directeur Général d’EIFFAGE, est un passionné des arts africains. Cet ingénieur des travaux publics et initiateur du célèbre et grand marathon de Dakar qui se tiendra le 14 avril 2019, est raconté ici par l’ancien ministre de l’Environnement, Souty Touré, un métronome averti de la politique sénégalaise. Le patriarche de Bantantiti le peint comme «un sénégalais de cœur et forcené des ouvrages ».Découverte

L’histoire de Gérard SENAC qui officie à la tête de l’entreprise EIFFAGE n’est pas bien connue du public. Ou presque pas. Beaucoup de fantasmes entourent le vécu de cet entrepreneur français qui vit bien et pleinement dans sa peau sa « sénégalité ». Pour faire plus connaissance avec la personne, la rédaction de Confidentiel Afrique a rendu visite à celui qui reste le premier employeur de Gérard Sénac, Monsieur Souty Touré, l’ancien ministre de l’Environnement. Au moment de leur rencontre, Souty TOURE était directeur de cabinet du Ministère de l’Équipement. Il a levé un coin du voile, percé le mystère Gérard, en vue de permettre au public de mieux découvrir la vraie face du PDG de Eiffage Sénégal.

Une Lettre de mission de Fougerolle pour fermer la filiale sénégalaise au creux de la vague

Arrivé fraichement du Gabon avec une lettre de mission de son entreprise Fougerolles, Gérard SENAC est venu au Sénégal avec la ferme intention de fermer la filiale qui était mal-en-point. Sous la contrainte des travailleurs, Gérard Sénac a rencontré M. Souty Touré sur la demande de son ministre Alassane Dialy Ndiaye afin de lui expliquer la situation que traversait la filiale sénégalaise. Il fallait sauver les meubles.

Son premier marché estimé à 25 millions de FCFA

«A l’époque, il restait des bouts de travaux à faire. Et nous lui avions octroyé le marché des travaux de réfection de la route de Matam, pour boucher des nids de poule. Le fil conducteur est d’une précision chez l’ancien ministre Souty TOURE, à la mémoire vive. Et le coût de ce marché s’élevait entre 23 et 25 millions de FCFA. Et ce qui était étonnant, c’est que lui même était à la pelle sur le chantier avec ses travailleurs ; et c’était impressionnant. Gérard SENAC a été un manœuvre dans les chantiers avant d’être patron dans le bureau. Ce qui a beaucoup marqué ses collaborateurs», raconte l’ancien directeur de cabinet.

Signe du destin ou vision prémonitoire ? Après ce premier marché réalisé avec succès, M. SENAC décide de prendre pied au Sénégal. Il a eu à décrocher plusieurs marchés et actuellement il représente l’une des entreprises les plus solides en termes de références de la qualité de ses travaux. «Je n’ai pas connaissance d’un marché où on a fait reprendre les travaux à Gérard SENAC», témoigne M. Touré.

Les réalisations d’Eiffage Sénégal

Au Sénégal, plusieurs chantiers portent l’empreinte de l’entreprise française Eiffage qui est dirigée par Gérard SENAC. Les travaux du Port de Dakar, l’infrastructure sur le site Malick Sy-CYRNOS, la route qui traverse l’axe Dakar-Mbour-Fatick-Kaolack, la réhabilitation du pont Faidherbe à Saint-Louis et enfin la première autoroute à péage du pays. Tous ces gigantesques chantiers ont été réalisés avec succès.

Et comme beaucoup de sénégalais l’ignorent, Gérard SENAC s’est fait brique par brique pour atteindre le top des entreprises qui opèrent au Sénégal. Selon l’ancien ministre de l’environnement, «SENAC a le don des grands défis. Il les réussit toujours. C’est un bâtisseur sociale. Il a eu l’intuition d’être au même rythme que la volonté politique affichée par les autorités dans le cadre de la réalisation des infrastructures de l’État. Il a eu à faire plusieurs fois des schémas de financements qui ont permis à l’État de réaliser des projets».

On peut dire que Gérard SENAC est un visionnaire. C’est quelqu’un qui a une conscience assez nette de la partition qu’un entrepreneurs devra apporter au fonctionnement de notre société.

Le social, au cœur du développement

Aujourd’hui, son nom est associé à beaucoup d’événements marquants de notre quotidien. Même la fatigue au visage, Gérard SENAC a continué à contribuer au développement du Sénégal.

M. SENAC est un homme d’initiative, dans le domaine culturel comme social. On peut noter sa relation avec le défunt sculpteur sénégalais émérite Ousmane Sow. Mais aussi, le Marathon de Dakar, devenu presque une institution porte son empreinte et son image qui redonne à notre pays un aspect reluisant sur le plan sportif.

Gérard SENAC est un employeur très reconnaissant mais aussi très attaché envers ses employés. Il a même crée autour d’Eiffage des petites et moyennes entreprises pour permettre à ses retraités de pouvoir subvenir à leurs besoins aisément.
Ses activités sociales tournent autour d’une ONG qui s’appelle Kinkeliba. Dans le Sénégal Oriental, région natale du ministre Souty TOURE, l’ONG a édifié un centre de santé à Wassadou, mais aussi le premier internat au lycée Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda et plusieurs autres actions portent son nom.

«Je pense que Gérard SENAC est un sénégalais de cœur, un sénégalais qui a apporté sa part de contribution effective à l’édification de notre pays», nous dit l’actuel Haut conseiller des collectivités territoriales.

Le président directeur général d’Eiffage Sénégal, est décrit par ses proches comme un homme très fidèle en amitié et qui voue un respect à ses anciens. C’est un homme avec un grand cœur. Un riche parcours d’un franco-sénégalais au nom célèbre que veut faire partager Confidentiel Afrique à ses 11 millions de lecteurs.

avec Confidentiel Afrique