Ousmane Sonko dit ses vérités dans cette interview accordée à Jeune Afrique

Dakarmidi – Arrivé troisième à la présidentielle  du 24 février, il ne s’était pas exprimé depuis. Il a accepté, en exclusivité pour JA, de sortir de son silence pour livrer sa vision de l’avenir politique qui s’est soudain ouvert devant lui.

S’il se revendique d’une génération qui a grandi avec internet, il aura fait mentir ceux qui le résumaient à un «candidat Facebook». «Je suis l’un de ceux qui ont été les plus présents sur le terrain pendant la campagne», assure Ousmane Sonko, 44 ans, qui a traversé le ciel de la présidentielle du 24 février tel un objet politique non identifié. Pour sa première candidature, cet ancien inspecteur aux Impôts et Domaines est arrivé troisième du scrutin avec 15,67 % des suffrages et semble avoir démontré qu’il faudra compter avec lui lors des prochaines échéances électorales. N’a-t-il pas multiplié par vingt, en un an et demi, le nombre de voix qu’il avait obtenues lors des législatives ?

Au sein d’une opposition en profonde recomposition, cet électron libre au discours radical, qui passe souvent pour un provocateur un brin sulfureux, entend bien tirer parti au plus vite de cette défaite aux allures de victoire personnelle. Sur sa route, les obstacles ne manquent pas : s’il a su séduire un électorat jeune et urbain et une frange de la diaspora, une partie du pays voit en lui un Robespierre abrupt et imprévisible. Les scores engrangés en l’absence de Karim Wade et de Khalifa Sall sont-ils autant de mirages qui pourraient s’évanouir demain ? Pour sa première interview depuis l’élection, Ousmane Sonko s’en explique à JA.

Jeune Afrique : Les quatre candidats de l’opposition ont annoncé qu’ils rejetaient « fermement et sans aucune réserve » les résultats définitifs de la présidentielle, sans toutefois déposer de recours. Quelles fraudes prétendez-vous avoir constaté ?

Ousmane Sonko : Personnellement, je ne me suis jamais prononcé sur les chiffres. Il n’était pas question de donner des résultats qui seraient démentis par des PV signés par mes propres mandataires. Mes réserves portent sur l’appréciation du processus électoral dans sa globalité. Je considère en effet que Macky Sall ne mérite pas d’être reconnu vainqueur, car il a fait cavalier seul, définissant les règles du jeu sans aucune concertation avec l’opposition, en violation du consensus qui prévalait au Sénégal depuis 1998. Cela concerne l’élaboration du fichier électoral, la distribution des cartes d’électeur, l’absence de neutralité du ministre de l’Intérieur… La position commune que nous avons adoptée tous les quatre est donc de ne pas reconnaître la légitimité du président Macky Sall, dont la victoire est purement technique.

Indépendamment de ces réserves, quels enseignements tirez-vous des résultats officiels ?

Globalement, les quatre candidats de l’opposition ont obtenu des scores honorables. Cela montre qu’il y a une véritable opposition au Sénégal, contrairement à ce que certains ont voulu croire. D’un côté, Macky Sall a vu son score baisser par rapport à celui de 2012, où il atteignait 65 %. Inversement, les autres candidats ont progressé. Idrissa Seck est passé de 7,8 % en 2012 à 20,5 %. Quant à mon parti, le Pastef, il avait recueilli 1,1 % aux législatives de 2017, et nous avons aujourd’hui presque atteint 16 %. Ce n’est donc pas une progression mais un bond spectaculaire. S’il s’était agi de législatives, l’opposition aurait recueilli deux groupes parlementaires, au lieu d’un seul actuellement. Et s’il s’était agi d’élections locales, nous aurions pu remporter un nombre appréciable de municipalités. Car dans beaucoup de villes, comme à Dakar, le score cumulé de l’opposition dépasse celui du président sortant.

À condition toutefois de nouer des alliances. Car dans la grande majorité des départements, Macky Sall est arrivé en tête…

Effectivement, la question des alliances est importante. Dans la région de Ziguinchor, où nous sommes en position de force, le Pastef n’en aurait pas besoin. Dans d’autres communes ou départements, en revanche, c’est en nous alliant que nous pourrons espérer l’emporter.

Le candidat du Parti démocratique sénégalais [PDS], Karim Wade, et l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, n’ont pu se présenter. Dans quelle mesure Idrissa Seck et vous-même avez bénéficié des reports de voix de leur électorat ?

Avec ce taux de participation massif, tous les candidats ont manifestement bénéficié de ces reports. Est-ce à dire que ces voix nous sont acquises définitivement ? Je ne saurais le dire. Il faut aussi constater que les ralliements des uns et des autres n’ont pas toujours été suivis d’effet. À Dakar, je n’avais reçu aucun soutien de la part des élus locaux, et pourtant j’ai réuni 101 000 voix, alors qu’Idrissa Seck en a obtenu 115 000 avec le soutien de Khalifa Sall. Mais personne ne sait si cet électorat lui restera fidèle.

Vous n’aviez recueilli que 37 000 suffrages en juillet 2017, aux législatives. En février dernier, vous en avez engrangé près de 700 000. Comment expliquez-vous cette percée ?

Je pense que nous sommes venus combler un vide sur un certain nombre de problématiques fondamentales liées au devenir des pays africains, les responsables politiques ne les ayant jamais abordées de front. C’est le cas de la protection de nos économies, du franc CFA, des accords de partenariat économique… Autant de « questions qui fâchent », comme on dit. Il y a eu aussi notre combat pour la bonne gouvernance, qui nous a propulsés sur le devant de la scène : la gestion des ressources budgétaires et fiscales, celle du pétrole et du gaz… Depuis 2017, notre rôle à l’Assemblée a été déterminant. Nous y avons été très actifs, abordant nombre de sujets techniques. Les Sénégalais ont sans doute perçu une autre façon de faire de la politique, qui les a sortis d’une certaine torpeur.

On vous prête une posture de provocateur. Est-ce une image que vous entretenez à dessein ?

On m’a effectivement présenté comme quelqu’un d’arrogant, de suffisant, de sulfureux… Il y a quelques jours, un ministre de Macky Sall a même prétendu que j’avais « l’insulte à la bouche ». Pourtant, ce n’est pas dans mon éducation. Mais j’assume mes convictions. Il y a un terme wolof, le « maslaha », qui décrit une certaine forme de pudeur, voire de duplicité : il ne faut pas dire les choses de manière trop directe, il vaut mieux tourner autour. Est-ce dû au fait que j’ai grandi en Casamance ? En tout cas, je préfère dire les choses telles qu’elles sont, dans le respect des personnes, ce qui peut être perçu par certains comme de la provocation. Ce qui me préoccupe fondamentalement, c’est l’intérêt général. La corruption, le népotisme, le bradage des intérêts nationaux me sont insupportables. Et, quand je m’exprime sur ces sujets, il est vrai que je le fais avec des mots durs.

Vous prétendez incarner un renouveau de la classe politique sénégalaise. Pourtant, à quelques jours de l’élection, vous vous êtes affiché aux côtés d’Abdoulaye Wade, 92 ans, qui est entré en politique sous Senghor. N’est-ce pas paradoxal ?

Il y a dans notre culture un profond respect envers les aînés. La base du Pastef est jeune, mais nous comptons aussi des doyens parmi nous et un comité des sages. Après les législatives de 2017, j’ai eu à échanger pour la première fois avec Abdoulaye Wade. Ce n’était pas vraiment politique – nous n’avons pas évoqué de perspective de coalition entre nos deux partis –, mais c’est un monument de l’échiquier sénégalais. Je suis moi-même né en 1974, l’année où il a créé le PDS. Depuis notre première rencontre, je sais qu’il suit notre travail, même de loin, et l’apprécie. De mon côté, je reçois ses conseils. Quoi qu’on ait pu lui reprocher, et bien que j’aie fait partie de ceux qui avaient manifesté à l’époque contre son troisième mandat, je crois que, sur la question de la souveraineté et du patriotisme, il est celui qui s’est le mieux illustré parmi les quatre présidents du Sénégal.

Lorsque vous l’avez rencontré à l’hôtel Terrou-Bi, le 9 février, espériez-vous qu’il donnerait une consigne de vote en votre faveur ?

Non. En rentrant au Sénégal, la posture d’Abdoulaye Wade était très claire : il considérait que son parti avait été irrégulièrement privé de candidat – un point de vue que je partage. Il avait clairement dit qu’il venait pour empêcher la tenue de l’élection et qu’il ne soutiendrait aucun candidat. Il m’a exposé sa position, et j’ai fait de même : nous étions déjà trop engagés dans la campagne pour envisager de la suspendre.

Quelles relations entretenez-vous avec les autres leaders de l’opposition ?

Nous nous retrouvons régulièrement dans le cadre du Front pour la démocratie et la résistance nationale (FNR), qui n’est pas une coalition mais plutôt une structure informelle luttant pour obtenir la transparence du processus électoral. Mais il n’y a pas de proximité politique particulière entre nous.

Si elle ne parvient pas à constituer des alliances en vue des élections locales de décembre, l’opposition risque de buter sur la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar (BBY). Quelle est votre stratégie ?

Il est encore trop tôt pour aborder la question des alliances. Nous allons d’abord approfondir le travail de terrain afin de consolider notre base là où nous étions en tête et de l’élargir là où nous sommes arrivés en deuxième position. Nous nous donnons jusqu’en septembre pour procéder à un état des lieux.

Macky Sall a appelé l’opposition à un dialogue dont il détaillera les modalités ultérieurement. Comptez-vous profiter de l’occasion pour parvenir à un consensus autour du processus électoral ?

Dans une démocratie, le dialogue national doit se tenir à l’Assemblée, là où les questions sont débattues entre la majorité et l’opposition. Pour ce qui est du processus électoral, le Sénégal a une expérience et une expertise avérées. Si Macky Sall veut parvenir à un consensus, il lui suffit de reproduire les schémas du passé – c’est un travail purement technique. Chaque parti a déjà identifié les vrais problèmes et pourrait alors envoyer son responsable chargé des élections. Tant que nous n’avons pas été saisis officiellement d’un projet de dialogue et de son ordre du jour, mon parti ne peut pas donner de position officielle. En mon nom personnel, je peux seulement dire qu’il n’y a ni pertinence ni urgence à dialoguer, d’autant que cela reviendrait à reconnaître la légitimité du président Macky Sall.

Yerim Post