Exclusif – Filé discrètement pendant 1 an, comment le Ministre Pape Abdoulaye Seck a été pris par les filets du « Macky »?

Dakarmidi – 12 mois de filature discrète qui ont fait couler le désormais ex ministre de l’agriculture. Pape Abdoulaye Seck pour ne pas le nommer a été limogé sans même être averti ou remercié par son « bourreau », le Président Macky Sall, qui a tout bonnement pris la décision de se séparer d’avec lui, du fait de résultats qui ne correspondent guère aux attentes et de la masse paysanne et des professionnels du secteur agricole.

Au ministère, il est dit que le ministre Pape Abdoulaye Seck était hautain, inélégant dans ses relations avec ses collaborateurs et imbu de sa personne. Mais cela ne fut que la partie visible de l’iceberg, puisque nos radars ont bien déniché le pourquoi réellement Mr Seck a été lâché par le PM, lors du dernier remaniement.

La gestion des engrais et son train de vie à la limite de star seraient à l’origine de la colère de son patron. Alors la question que se posent nos radars est comment le ministre s’est-il permis de s’acheter des bijoux (montres de luxe, bagues en or et diamant, villas, etc) à des montants qui frisent l’insolence pour un pays si pauvre? Et s’il s’était arrêté à les acheter et à les porter humblement, cela serait passé inaperçu. Mais à la place de la discrétion républicaine, il les exhibait comme des trophées de guerre à tout bout de champ. D’où est venu tout cet argent, les failles et les non-dits.

Comment a-t-il pu trahir la confiance du Président de la République, s’il y a trahison? Si Maimouna Ndoye Seck a été lâchée à cause de son incompétence avérée dans la gestion du dossier Air Sénégal et de l’aéronautique en général, Seydou Guèye, pour sa non maîtrise du Secrétariat général du gouvernement, Pape Abdoulaye Seck quand à lui serait lâché pour des nébuleuses qui touchent la distribution des semences, avec la ségrégation qui tournait autour, et sa non conformité aux règles qui régissent la DAF de son ex ministère, qu’il avait d’ailleurs pris pour une propriété privée.

Ces limogeages constituent un vrai naufrage pour les leaders de l’APR – Médina qui d’un revers de main sont balayés au rythme d’un typhon.

La rédaction