Alerte aux dérives pré-électorales !

Dakarmidi – Action pour les Droits Humains et l’Amitié (ADHA) exprime sa vive préoccupation par rapport à la situation politique actuelle que traverse le Sénégal a quelques encablures des élections présidentielles.

En effet, certains propos et attitudes provenant du camp de l’opposition, du pouvoir ou même de la société civile peuvent entraîner des situations dramatiques dans notre cher Sénégal qui est un pays de démocratie et de téranga.

ADHA exhorte tous les citoyens, sans exception, à faire preuve de retenue, aux médias de s’abstenir de diffuser certains propos et informations tendant à attiser le climat social. Seul un recul permet de prendre conscience du grave danger que pourraient susciter certains propos relayés par les réseaux sociaux qui ne font qu’exacerber la crise politico-sociale à 50 jours des élections présidentielles. Ces faits peuvent créer un enchaînement de faits menant vers le chaos le syndrome de la guerre civile ivoirienne et crise politique togolaise pour ne citer que ces pays, sont assez illustratifs.

Ainsi, ADHA appelle les autorités compétentes à jouer pleinement et en toute sérénité leurs rôles, pour une bonne marche de la démocratie menant vers des élections apaisées.

Dans cette sillage, ADHA lance un appel à toute la classe politique, à la société civile et la jeunesse au dépassement, à la sérénité et recommande vivement :

  • A tous les citoyens de respecter les institutions de la République du Sénégal.
  • A toutes les parties de modérer leurs propos en vue d’un apaisement du climat social et de l’amorce d’un dialogue politique pouvant aboutir à des lendemains électoraux calmes.
  • Aux autorités religieuses, véritables régulateurs sociaux d’élever leurs voix, de dépêcher des émissaires aux différents partis pour un appel au calme et continuer à prier pour un Sénégal de Paix.
  • Au peuple sénégalais qui a déjà prouvé sa maturité et sa capacité de prendre son destin en main, de choisir librement celui ou celle qui devra présider sa destinée au soir du 24 Février 2019.
  • Et principalement aux jeunes de ne pas se verser dans la violence verbale ou physique, car étant la couche la plus vulnérable qui paient toujours le lourd tribut, comme ce fut le cas des élections de 2012.

Action pour les Droits Humains et l’Amitié rappelle que souvent les élections sont à la base de beaucoup de conflits sanglants en Afrique, générant beaucoup de morts et de déplacements massifs des populations avec comme premières victimes des jeunes, des femmes et des enfants.

Le Sénégal est un pays stable et de paix, nous devons la sauvegarder !

DAMA MBENGUE Président ADHA

Action pour les Droits Humains et l’Amitié

La rédaction