Abdou Karim Sall : « Ce ne sont pas des politiciens en perte de vitesse qui vont empêcher la loi du parrainage d’être votée à l’Assemblée nationale »

Dakarmidi – La guerre des mots se poursuit entre l’opposition et les membres de l’alliance pour la République (APR). Abdou Karim Sall qui tenait une rencontre dédiée aux femmes de Mbao, samedi 24 mars 2018 a minimisé les sorties du contre-pouvoir.

A l’image de ses camarades de l’Apr et de la coalition « Benno Bokk Yakaar », Abdou Karim Sall, n’a pas raté les leaders de l’opposition. Il a soutenu à Mbao que plus de 3 000 femmes ont fait le déplacement pour répondre à son appel. Ses attaques étaient orientées vers un leader politique qu’il qualifie de « nain »: Idrissa Seck.

« Le rouleau compresseur n’épargnera personne y compris les nains qui sont entrain de sillonner le pays pour tromper les populations » avertit-il. Il qualifie le séjour du président Rewmi à Touba d’une tournée purement politicienne avant de décréter qu' » une opposition significative n’existe pas au Sénégal ».

Il a souligné devant une assistance acquise à sa cause que son leader ne va pas se mesurer à des candidats qui ne peuvent pas récolter 1% des électeurs. M. Sall a réussi également à convaincre un membre de l’opposition en la personne de Seydina Niang de « Bess Du Niakk » de rallier le parti au pouvoir. Le Dg de l’Artp soutient que leur souhait de réussir un 23 juin bis lors du vote de la loi sur le parrainage ne se réalisera pas.

« En 2011, c’était une manifestation spontanée des populations qui avait été à l’origine de ce rassemblement. Ce ne sont pas des politiciens en perte de vitesse qui vont empêcher cette loi d’etre votée à l’assemblée nationale » tance t-il sous les applaudissements de ces souteneurs venus de tous les quartiers de Mbao. Il estime que cette loi est faite pour barrer la route aux candidats « fantoches ».

« Nous voulons de vrais candidats pour les élections présidentielles de 2019 », lance Abdou Karim Sall. Le patron de l’Artp qui est l’initiateur du slogan « Zéro espace pour l’opposition dans la banlieue », pense que le travail dans ce sens est en train de payer au vu de sa forte mobilisation.

La rédaction