Rumeur de liaison avec la ministre de l’éducation nationale: Manuel Valls accuse l’Élysée

Pendant plusieurs mois, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem ont été la cible d’insinuations. Selon les auteurs du livre Bienvenue Place Beauvau dont L’Express publie les bonnes feuilles dans son numéro en kiosque, l’entourage de l’ancien Premier ministre a sa petite idée sur le responsable de la rumeur…

D’après Gala.fr, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem ont repoussé d’un revers de main les rumeurs à leur sujet. Et pourtant, pendant des mois, l’ancien premier ministre en couple avec la violoniste Anne Gravoin a fait face à des bruits de couloir, notamment relayés sur les réseaux sociaux. Agacé, l’ancien premier ministre avait choisi de couper court à la rumeur en expliquant qu’avec son épouse « ils forment un couple très soudé ». Une façon d’étouffer la calomnie et les insinuations colportées dans la presse. A Michel Denisot, il choisissait d’en parler sans détour  »Ces rumeurs se veulent destructrices et ne sont pas anodines. Elles sont faites pour expliquer qu’au fond, si vous mentez dans votre vie privée, c’est que vous mentez dans votre vie publique. C’est pour vous faire mal, c’est pour vous déstabiliser c’est pour blesser vos entourages proches. Il faut résister. Moi, je résiste. Il faut protéger aussi vos proches qui, eux, ne sont pas préparés. Il ne faut pas se laisser faire, c’est très important. » Selon les auteurs du livre Le Bal des dézingueurs,Manuel circulant à son sujet…
Quant à NVB, habituée des trolls et des attaques personnelles, elle s’est toujours refusée à commenter ces « bruits de chiottes »

Dans les pages du livre Bienvenue Place Beauvau écrit par Olivier Recasens, Didier Hassoux et Christophe Laffont à paraître aux éditions Robert Laffont dont L’Express publie les bonnes feuilles, on apprend que Manuel Valls croit savoir qui est à l’origine de cette entreprise de déstablisation. A en croire les auteurs de ce document, l’ancien premier ministre pointerait du doigt « le Château », autrement dit l’Elysée. « Le Château fomente des coups bas. Comme cette fâcheuse rumeur d’une liaison entre le chef du gouvernement et sa ministre de l’Education qui alimente les conversations dans les salles de rédaction »

La Rédaction