Ce que je pense de ce discours de Ouagadougou: il n’appartient pas à au Président Macron de définir l’Afrique de demain. Ni à la France!

Dakarmidi – L’Afrique, avec ses 54 pays et son 1,2 milliard d’habitants est incontestable le futur moteur de la croissance mondiale et le marché de demain. Au delà des problèmes de gouvernance que nous dénonçons en permanence sur le continent, l’Afrique bouge et les opinions publiques se mobilisent en permanence sur les enjeux de demain. Nous n’avons plus aucune leçon à recevoir de qui que ce soit, encore moins d’un président français qui ne poursuit que les intérêts de son pays.

Si certains dirigeants africains sont encore complexés au point de fermer des écoles pendant 48h pour accueillir leur homologue Chef d’Etat et se voir par la suite humilier publiquement devant leur peuple; comme c’est le cas de ce Président burkinabé; c’est leur choix et l’histoire retiendra.

J’ose espérer à présent que ces dirigeants africains auront le courage d’aller à leur tour dans les universités des pays du Nord pour expliquer à la jeunesse de ces pays et futures élites le poids de la domination et des pressions que nos pays subissent de la part de leurs dirigeants. C’est une question fondamentale de principe et de réciprocité.
L’Afrique fera face malgré cette complicité manifeste de certains de ces dirigeants qui participent à étouffer les velléités d’émancipation de nos populations. C’est un combat de génération que nous mènerons à terme, Incha Allah.

Babacar BA
Panafricaniste