Et si on faisait les comptes? (Par Amadou Tidiane Wone)

Dakarmidi – Les autorités sénégalaises sont, semble t-il,  enchantées par les résultats de la visite d’Etat de Monsieur Le Président de la République en France. Plusieurs accords signés, des contrats paraphés. Des mains serrées. Des discours déclamés. Tout serait donc parfait. Félicitations aux équipes qui ont travaillé, de jour comme de nuit, pour dérouler le scénario.

Nous n’allons pas faire la fine bouche! Si tous les contrats signés se traduisent par des effets induits palpables, pour le Senegal et sa jeunesse, en termes d’emplois notamment, nous nous en réjouirons. Mais d’ici là et, par delà l’euphorie et l’ivresse du succès, décrit comme unique en son genre, examinons attentivement certains points, discutables pour le moins, de notre « amitié » avec la France.

Pas celle qui lie les nations, Les hommes et les femmes qui les composent. Pas les amitiés scellées sur les bancs universitaires ni les amours qui s’en sont suivis pour donner naissance à de beaux métis franco-sénégalais… je parle ici de la soit-disant « amitié » évoquée dans les discours convenus d’élites historiquement « ennemies »!

Eh oui! Que l’on nous dise, par une lecture linéaire de l’Histoire, depuis quand la France qui gouverne est-elle devenue l’amie du Senegal qu’elle réduisit à l’esclavage, colonisa, et dont elle embarqua les enfants dans plusieurs guerres qui ne les concernaient guère? Parlons, au demeurant de ces derniers, ou plutôt de ceux qui en restent et à qui l’on vient d’accorder la nationalité… française !

Ultime outrage à la mémoire de nos résistants et de tous les tirailleurs dont aucun droit n’a été considéré depuis des lustres: pensions cristallisées, démarches vexatoires auprès de tous les chefs d’Etat de la cinquième république pour avoir droit aux mêmes égards que leurs frères d’armes français… En vain! Outrage aux morts du camp de Thiaroye lâchement assassinés pour avoir réclamé leurs salaires!   Mais au fait, quelles sont les modalités d’octroi de cette nationalité, pourtant déjà conquise de haute lutte sur les champs de bataille pour défendre la France?

Les descendants des Anciens combattants, morts sur les champs de batailles et enterrés en France, seraient-ils concernés? Par dessus tout, y’aura t-il une régularisation, et un rappel des sommes dues, en équivalence  aux sommes perçues par les Anciens combattants français ? Enfin et comme un haut le cœur, en quoi le Senegal peut-il être fier de voir ses vieillards acquérir la nationalité…française?