Les femmes dans le débat ! (Hada Agne Ba)

Malgré les interpellations faites par plusieurs mouvements féminins, la prise en charge des droits de la femme et des enfants reste peu présente dans le débat de campagne des candidats. On pensait que le rôle de la femme serait majeur, mais au jeu de la comparaison seul le candidat Macky Sall est le plus convaincant pour diverses raisons.

de tous les présidents qui se sont succédés de Léopold Sédar Senghor à Abdoulaye Wade, Macky Sall est le chef d’ État qui a le plus marqué les femmes par d importantes mesures prises tendant à l’amélioration des conditions de vie et d’existence des femmes et des enfants.
Le President Macky Sall sous son impulsion quand il était Premier Ministre avait déjà placé les droits des femmes et des enfants au cœur de ses préoccupations. D’importantes lois ont été proposées et adoptées de 2004 à 2007 notamment :
– la Loi du 10 mai 2005 relative à la santé de la reproduction ;
– la prise en charge médicale par la femme de son mari et de ses enfants.

Par ailleurs élu Président, il a fixé dans son nouveau contrat de développement économique et sociale(PSE) trois principes phares: lA PROTECTION DES FEMMES ; lE DÉVELOPPEMENT DE L’ENFANT ; l’AUTONOMIE ÉCONOMIQUE DES FEMMES.
En outre, la lutte contre les violences basées sur le genre est devenue une réalité sous Macky Sall. Le Senegal dispose désormais de son 1 er plan d’action nationale pour l’éradication des violences (2017-2022) qui a généré des résultats positifs.
A cela s’ajoute la stratégie nationale pour l équité et l égalité genre (2016-2026), qui permet d’intégrer la dimension femme dans le processus de planification et de budgétisation, pour ainsi donner aux femmes l’opportunité de contribuer au processus de développement. C’est ainsi que le décret prit en 2017 instituant les cellules genre au niveau des secrétariats généraux et des ministères, vise à développer une culture de droit des femmes dans l administration et réduire les inégalités. Autres faits majeurs, la loi de juillet 2013 permettant à la femme de transmettre sa nationalité à son mari et ses enfants, qui il faut le souligner, est une vieille doléance des femmes. De même, la loi de 2015 sur La protection de la maternité permet de prémunir les femmes enceintes contre toute discrimination professionnelle.

-Que dire alors des Bourses familiales ? Elles sont initiées pour lutter contre la pauvreté et la vulnérabilité des femmes permettant un accompagnement des parents qui ont des difficultés, dans l éducation de leur enfant. Elles sont d’ailleurs conditionnées à des critères d’inscription et de maintien des enfants à l école.

-Que dire de la couverture médicale universelle (CMU), de la carte d’égalité des chances et de la gratuité des soins de 0 à 5 ans? Sinon qu’elles offrent entre autres aux femmes et aux enfants les plus démunies, une couverture de risque maladie et qu’on peut noter une diminution nette de la mortalité infanto – juvénile.

En plus de toutes ces mesures de haute portée sociale, la parité voulue par le Président Abdoulaye Wade semble être plus effective avec Macky Sall . Il a nommé plusieurs femmes au cœur des Institutions de la République.

Il est vrai que d’importants chantiers restent à parachever notamment :
Le projet de loi portant code de l’enfant en gestation qui reconfigure le cadre législatif de la protection de l enfance ; l’interdiction de la mendicité (avec la construction et la modernisation de plusieurs daras ) ; l’irresponsabilité pénale ; l’Autorité parentale en lieu et place de la puissance paternelle…..

Voilà autant de mesures qui fondent l’immense espoir des femmes pour la réélection de Macky Sall. L effet de sa victoire sur la condition féminine reste certain.

FEMMES, VOTONS MACKY !

ADA HAGNE DIA