LE NOUVEAU DÉPART. NE LE RATONS PAS (Par Thierno LO)

Je parle on ne m’écoute pas trop, j’ai écrit pour montrer que depuis la marche de l’humanité des virus sont apparus ont eu leurs séquences temporelles et sont partis et que l’OMS, sait parfaitement que d’autres sous virus vont apparaître.

Je le soulignais pour que nous pays africains, qui n’étaient pas atteints, que nous puissions saisir cette occasion pour mettre de l’argent au profit de nos techniciens pour fabriquer des respiratoires, et encadrer aussi, nos vaillants tailleurs pour la production de masques à vendre comme le font les chinois. Quand ils ont parlé la première fois de l’Afrique nous présentant comme le continent qui allait connaître des milliers de morts, j’ai alerté pour demander qu’on se prépare à vivre avec le virus et à se préparer car ces puissances occidentales, ne voudront jamais d’une prise de conscience africaine.

Les mouvements de jeunes qui avaient germés partout en Afrique qui avaient commencé à exploiter les conditions objectives largement réunies pour de fortes pressions sur les élites africaines faisaient peur et les inquiétaient trop. Ils étaient en train de voir comment freiner cette vague de prise en charge des problèmes du continent. Le virus qui est une sanction Divine, une alerte est venue bouleverser leurs plans, en montrant à certains qu’ils n’étaient rien, qu’ils étaient loin d’être les gendarmes du monde, et montrer à d’autres que les modèles que vous copiez, n’étaient pas les bons et qu’il vous revient de prendre votre destin en mains, de changer vos modes de vie, de déterminer vos propres priorités en utilisant de façon responsable, ce que Dieu a mis à votre disposition dans la partie du monde ou vous êtes.

Comme ils ont des penseurs qui, dans l’ombre, ne réfléchissent que sur le comment continuer à dominer le monde par les finances, et qui ne cherchent que plus de profit sans éthique, sans morale, sans respect de droits de l’homme, de souveraineté, et qui ont fait que les nations unies qui ont remplacé la Société des Nations que le Général De Gaulle appelait le  » machin », deviennent comme le dit Pauline Lietar « ONU: la Grande imposture ». Titre de son livre. IIs ont décidé d’inonder le continent de milliers de dollars qu’ils nous demandent de mettre dans la lutte contre ce virus qu’eux-mêmes n’arrivent pas à vaincre par leurs milliards de dollars. C’est une réponse à notre demande de prendre date à travers les réseaux sociaux demandant une annulation totale de la dette et l’intégration de l’Afrique dans les plans de relance de l’économie mondiale.

Et nous avions demandé de les bouter hors de nos frontières et de prendre notre destin en mains. Et nous avons lancé le cri de rassemblement, sans coloration politique, ni positions partisanes qui est : Je m’engage, je l’assume au moment où le Président Macky Sall a lancé l’Alliance Africaine pour l’annulation de la dette. Toutes ces sommes dégagées au profit du Sénégal 440 milliards le 13 avril, la Tunisie 745 milliards le 10 avril, le Ghana 1,5 milliards de dollars le 14 avril, ne sont pas des dons mais des sommes qui viennent augmenter notre endettement. C’est le moyen de nous mettre sous domination et de nous imposer les politiques dont la seule finalité sera le remboursement. Voilà ce qui me heurte en plus de ce que Serge Michailof dit dans son livre AFricanistan : « L’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Le Sahel francophone est une zone d’immense fragilité, nous ne voulons pas que de l’Afrique en progrès, celle qui regorge de matières premières. Mais l’Afrique en crise existe toujours et se comporte comme un cancer, envoyant ses métastases jusqu’en Europe. Nous ne pourrons rester longtemps indifférents pour ne pas être nous aussi victimes de ces métastases, tentons de comprendre la réalité, réfléchissons à ce qui peut encore être envisagé pour endiguer le feu et éviter que l’Afrique en crise n’arrive dans nos banlieues « . Je ne veux de cette attention et de ce manque de respect d’où ce cri de révolte de la Coalition Adiana. Je m’engage je l’assume.

Mais notre révolte est celle de l’action et de partage d’idées et je partage avec vous les échanges que j’ai eu avec le Professeur Benoit Ngom à qui j’ai exposé quelques idées de projets sous régionaux, et mon inquiétude de voir certains me prendre comme un rêveur et considérer que je pédale dans la semoule et que c’est sans issue. Mon cher ami me dit ceci :

« Bonsoir Thierno, je suis d’accord globalement avec ta réflexion. Nous sommes au carrefour des options…
C’est le moment comme l’avait écrit Lénine de se demander « que faire »…, Le Maroc et son Roi montrent ce qu’on peut atteindre quand le patriotisme se conjugue avec la vision…
Par conséquent il est important comme tu veux le faire de fixer les contours intellectuels de l’action future…sur le plan idéologique.
Je pense qu’avant de fixer les modalités de l’action qui peuvent avoir la forme d’une nouvelle compagnie aérienne, il est nécessaire d’indiquer la direction à suivre et savoir quels sont les africains notamment les sénégalais qu’il convient de mobiliser…
Sans un réarmement intellectuel et moral d’une partie de notre élite, aucune réforme ne sera possible quelle que puisse être la détermination et la pertinence de son auteur…mais je sais que tu ne l’ignores pas.
Dans cet esprit, je trouve que tes propositions d’action peuvent constituer des bases de mobilisation a condition….que la tactique et la stratégie soient bien comprises par les mobilisables …. ».

Mon ami ajouta pour répondre à ceux qui vont me traiter de rêveur « Senghor nous demandait de rêver. Les américains sont les plus grands rêveurs. Sinon Kennedy n’aurait pas dit au début des années 60 que l’Amérique ferait débarquer un homme sur la lune…
N’aie pas peur d’être accusé de rêveur par ceux qui se contentent d’être les témoins de leur temps.
Mais comme le disait notre Président poète LSS tout dépend de l’Organisation et de la Méthode.
Déjà dans ton émission de itv tu as tout dit…maintenant. Il s’agit de regarder objectivement l’environnement social, culturel et politique du Sénégal pour agir avec efficience. » Je conclus pour dire à mon cher ami, qu’en plus de ce réarmement, nous devons nous réconcilier, nous faire confiance, prendre au sérieux les enjeux, nous départir de nos positions partisanes, mettre en veilleuse nos intérêts particuliers pour sauver le Soldat Sénégal pour mettre en place une armée africaine. Le nouveau monde en gestation dont je parlais en 2014 quand je lançais au cicers, l’alliance pour la Paix et le Développement est là. Il faut un nouveau départ pour tous ne le ratons pas.

Thierno Lo
Président de l’Alliance pour la Paix et le Développement et de la Coalition Adiana