La Justice est-elle la « poisse » de la République ?

Dakarmidi – Quand la justice bat de l’aile, elle fait désespérer une République vacillante et malmenée qui ne prétend même plus défendre les valeurs cardinales héritées des Lumières… ;

Certes on ne choisit pas d’être pauvre dans une société qui prône l’égalité des chances et méprise l’égalité des Droits. Mais cette égalité des chances n’est qu’un leurre devant les charges publiques ;

Le problème de la justice j’ose croire n’est pas le fait des Procureurs ou des juges qui sont délégitimés, déconsidérés et calomniés devant les micros ou les caméras à tort ou à raison ;

Ainsi, critiquer les décisions des juges est permis, mais lancer des injures, des propos diffamatoires ou attentatoires à leur égard est discourtois ;

Nous estimons que le combat titanique qui nous attend nous autres justiciables et surtout les mouvements de la société civile est de changer certaines Lois jugées scélérates, tendancieuses, restrictives des libertés voire criminelles qui ont tant aliéné l’organisation et le fonctionnement de notre système judiciaire ;

La différence entre l’opinion et le magistrat, est que la première nommée se nourrit de rumeur et le second connait la réalité des faits et du droit ;

La cure de la justice ne passe pas par les magistrats dont la mission est de dire le droit, mais par son système ou son mode d’appliquer la procédure pénale en toute indépendance et dans la sérénité conformément à la Constitution ;

Mes chères personnes morales ou physiques dépassionnons le débat public quelques soient nos convictions ou obédiences philosophiques, religieuses et surtout politiques. Chacun a le droit d’exprimer sa pensée selon son niveau d’entendement mais optons pour un discours lénifiant ;

Last but not least, primo, traitons avec beaucoup de déférence nos Institutions surtout la Justice qui est notre dernière ligne droite contre le chaos, l’injustice et l’illégalité.

Secundo, le caractère répressif ou plutôt liberticide de notre système pénal n’est pas un motif suffisant aux fins de jouer avec la liberté des gens.

Dans ce monde, tout espace de liberté qu’on vous donne, se transforme un jour en espèce de responsabilité. Plus votre liberté est grande, mieux votre responsabilité sera engagée ;

Dans la démarche optimiste qui guide ma pensée, je pense avec la plus fermeté des déterminations que nous trouverons des frères et des sœurs qui seront engagés dans ce combat de reformes des Lois statutaires et organiques de la Justice.

J’espère qu’une bonne réplique suivra ! « NUL N’EST CENSÉ IGNORER LA LOI »     

MAÎTRE EL HADJI AMATH THIAM: Consultant en droit

La rédaction