IBK: Un miroir pour Chefs d’Etats. (Ahmed Khalifa Niasse)

DakarmidiIbrahim Boubacar Keïta, l’ancien Président du Mali a vu sa situation s’aggraver à cause d’une certaine suffisance, d’une allure princiére de sa part. Parce que, prétend-il, descendant de Soundiata Keïta. Il a refusé de se baisser et tendre ses oreilles à plus petit que lui.

Dans l’esprit de ses pairs il donnait l’impression de quelqu’un qui ne recevait de l’Armée que des « garde à vous » les plus parfaits et autres  » A vos ordres ».
Et ils sont venus le trouver dans une salle de classe de l’Ecole Militaire de Kati. Obeisssant aux ordres des Caporaux comme des Généraux.
En rentrant chez eux, ses ex pairs Chefs d’Etats ont dù se dire, chacun dans son avion, que cela pourrait être son sort.
Ont-ils réalisé que les peuples ont changé? Que la jeunesse ne pardonne plus certains écarts? Mieux, elle aggrave même certaines accusations.
Nos Chefs d’Etats ont-ils appris la leçon? Vont-ils changer?
Le cas IBK peut leur donner une chance de revoir leur copie. De se racheter. Et de savoir que dans ce qu’ils voient tous les jours il y a des Imam Dicko en puissance. Même si je n’approuve pas le désordre que l’Imam Dicko a créé au Mali. Il a travaillé pour les autres et, comme il le dit, il n’a plus de discours. Sa mission est terminée. Il ne porte plus le discours populaire.
Il a pourchassé la gazelle qui a fini sa course dans une maison qui a bénéficié, par la Providence, d’un gibier inattendu. Le pouvoir.
Notre Président franchira-t-il le pas pour abandonner définitivement le Dialogue qui n’en est pas un et qui n’arrive pas à démarrer?
C’est là le test majeur. Il doit abandonner et avouer que ce Dialogue n’était qu’un leurre et qu’il n’a pas pu démarrer depuis cinq ans. Alors que normalement il lui reste moins de cinq ans à gouverner à quoi cela sert-il?
Rien n’empêche, cependant, le peuple à appeler à son propre Dialogue, format Afrique du Sud.

Dr Ahmed Khalifa Niasse