BAÏONNETTES INTELLIGENTES (Par Guy Marius SAGNA)

La vidéo d’elle recevant violemment, lâchement un coup de crosse de fusil d’un policier alors qu’elle lui tournait le dos sans résistance a fait le tour du monde. Elle, c’est Seynabou, une des 253 victimes de démolition de maisons de Gadaye.

C’est pour toutes les Seynabou que nous avons créé il y a deux ans le Collectif pour la justice et contre les violences policières. Mais aussi pour les Elimane Touré (mort dans le commissariat du Port), les Pape Sarr (mort à l’hôpital des suites de sa torture dans le commissariat de Thiaroye), les Seck Ndiaye (mort après avoir été bastonné par des policiers dans sa chambre qui ont voulu maquillé cela en suicide par la suite, les Abdoulaye Timéra (mort renversé par une voiture de police roulant à grande vitesse en sens inverse)…

Le coup de crosse a été tellement violent sur Seynabou que ce samedi, elle a été évacuée à l’hôpital général de grand Yoff. Elle a retrouvé son domicile.

Le Collectif pour la justice et contre les violences policières rappelle souvent aux policiers de se souvenir de la théorie des baïonnettes intelligentes. Chers compatriotes policiers, gendarmes, douaniers, militaires, agents des eaux et forêts…souvenez-vous que « le fonctionnaire n’est pas fait pour avoir l’encéphalogramme plat, pour être un porteur de serviette ou un domestique. »

Depuis quelques jours, notre ami, frère et camarade Abdou Karim Gueye Xrum Xax a été transféré de sa cellule du Cap Manuel au pavillon spécial de l’hôpital Le Dantec.

Tout le monde avait averti le président Macky Sall : si le mental de notre frère Abdou Karim Guèye peut résister à toute tentative de l’abattre, le garder dans la rigueur du milieu carcéral revenait à signer son arrêt de mort au vu de son état de santé physique. Son transfert au pavillon spécial est un aveu.

Depuis lors, son épouse ne peut le voir. Je sais bien que depuis le début de la pandémie des mesures ont été prises par l’administration pénitentiaire pour protéger les détenus, les agents pénitentiaires et leur famille. Par exemple, les visites sont interdites aux détenu.e.s.

Mais comment refuser au détenu politique Abdou Karim Guèye la visite de son épouse ?
L’administration pénitentiaire ne connait-elle pas la théorie des baïonnettes intelligentes ? Oui, je pèse bien mes mots, refuser à Abdou Karim Guèye malade au point d’être évacué au pavillon spécial revient à « achever un blessé » à torturer le patriote Xrum Xax. Et dire que le 26 juin dernier était célébrée la journée internationale contre la torture.

Je demande qu’il soit permis à Abdou Karim Guèye, dans le respect des gestes barrières, d’être visité par son épouse. Nous exigeons encore la libération du résistant Xrum Xax.

Je termine par la théorie des « P » intelligents qui permet de ne pas confondre « paysans » et « poulets » même si tous les deux commencent par « P ». Plumer des poulets ? Oui ! Plumer des paysans ? Jamais ! Je suis NDENGLER!

Guy Marius SAGNA

Laisser un commentaire