VIDÉOS – Impressionnantes explosions dans le port de Beyrouth, au moins 50 morts et plus de 2.700 blessés

Deux puissantes explosions ont frappé Beyrouth ce mardi, provoquant un immense champignon de fumée dans la capitale du Liban. Il y a au moins 50 morts et plus de 2.750 blessés. L’origine des explosions est pour le moment inconnue.

Un immense champignon de fumée dans le ciel de Beyrouth ce mardi. Deux puissantes explosions successives ont secoué la capitale du Liban. « L’explosion a eu lieu dans le port de Beyrouth et a provoqué des dizaines de blessés« , a indiqué une source de sécurité. Selon un bilan encore provisoire, la catastrophe a fait au moins 50 morts et 2.750 blessés. Pour le moment, l’origine de ces explosions est inconnue, un responsable de la sécurité évoque des « matières explosives confisquées« .

C’est une catastrophe dans tous les sens du terme. – Le ministre de la Santé libanais Hamad Hassan

Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent une première explosion suivie d’une autre qui provoque un gigantesque nuage de fumée. Les vitres de nombreux immeubles et magasins ont été brisées à des kilomètres à la ronde.

Des déflagrations entendues jusqu’à Chypre

« J’ai senti comme un tremblement de terre et puis après une énorme déflagration et les vitres se sont cassées. J’ai senti que c’était plus fort que l’explosion lors de l’assassinat de Rafic Hariri » en 2005, provoqué par une camionnette bourrée d’explosifs, a déclaré à l’AFP une Libanaise dans le centre-ville de Beyrouth.

Selon des témoins, les déflagrations ont été entendues jusqu’à la ville côtière de Larnaca, à Chypre, distante d’un peu plus de 200 km des côtes libanaises.

https://twitter.com/borzou/status/1290675854767513600?s=20

 

Les médias locaux ont diffusé des images de personnes coincées sous des décombres, certaines couvertes de sang. « Les immeubles ont tremblé« , a tweeté un habitant de la capitale libanaise. « Toutes les vitres de mon appartement ont explosé« , a-t-il ajouté.

Le secteur du port a été bouclé par les forces de sécurité. « Les hôpitaux de la capitale sont tous pleins de blessés », a expliqué le ministre libanais de la Santé, appelant à transporter les autres blessés vers des établissements de la banlieue.

Des voitures, avec leurs airbags gonflés, mais aussi des bus ont été abandonnés au beau milieu des routes et de l’autoroute proche du port. Un navire arrimé face au port de Beyrouth a également pris feu.

L’origine des explosions incertaine

Ces violentes explosions pourraient être dues à des « matières explosives » confisquées et stockées dans un entrepôt. « Il semble qu’il y ait un entrepôt contenant des matières confisquées depuis des années, et il semblerait qu’il s’agissait de matières très explosives« , a indiqué le directeur général de la Sûreté générale Abbas Ibrahim, interrogé par des télévisions en se déplaçant dans le secteur. « Les services concernés mènent l’enquête, ils diront quelle est la nature de l’incident« , a-t-il ajouté.

Le Premier ministre libanais, Hassan Diab, a dénoncé une « catastrophe« . « Ce qui s’est passé aujourd’hui ne passera pas sans que des comptes soient rendus. Les responsables de cette catastrophe devront payer le prix« , a souligné le chef du gouvernement lors d’une allocution télévisée.

Journée de deuil national mercredi

Le Premier ministre libanais a également annoncé un jour de deuil national mercredi. Le président, Michel Aoun, a lui convoqué mardi soir une « réunion urgente » du Conseil supérieur de la Défense.

La France envoie « des secours et des moyens »

Emmanuel Macron a annoncé mardi soir l’acheminement des « secours et moyens français » à Beyrouth. « J’exprime ma solidarité fraternelle avec les Libanais après l’explosion qui a fait tant de victimes et de dégâts ce soir à Beyrouth. La France se tient aux côtés du Liban. Toujours« , a tweeté le chef de l’Etat.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait souligné un peu plus tôt que la France « se tient et se tiendra toujours aux côtés du Liban et des Libanais. Elle est disposée à apporter son assistance en fonction des besoins qu’exprimeront les autorités libanaises« .