Covid 19 : 78% des flacons de gels hydro-alcooliques vendus un peu partout au Sénégal sont inefficaces au coronavirus

An employee uses hydroalcoholic gel at the factory of chemical company Christeyns in Vertou near Nantes, western France, on March 27, 2020, on the eleventh day of a strict lockdown in France aimed at curbing the spread of COVID-19 caused by the novel coronavirus. - The Christeyns company's factory produces 100000 litres of hydroalcoholic gel per week for hospitals. (Photo by Sebastien SALOM-GOMIS / AFP)

Dakarmidi  –  D’après les révélations d’une étude faite par des chercheurs sénégalais de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

« Il n’y a aucune de ces marques qui respecte à 100 % les informations sur l’étiquetage, explique Dr Diaby, microbiologiste et membre de l’équipe d’étude des gels, interrogé par Radio Sénégal. Il n’y en a que quatre ou cinq qui disent quel alcool ils utilisent. Les autres mettent tout simplement alcool. Le résultat, c’était de voir quelle dose y-a-t-il d’alcool dans la composition ? Parce que les normes disent qu’il faut au minimum 60% pour que cela soit efficace. La norme sénégalaise, c’est 60 %, aux Etats-Unis, c’est 60% au minimum. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) aussi, c’est minimum 60%. Alors on a fait le dosage de l’alcool avec le département de Chimie. Et on s’est rendu compte que sur les quatorze marques, il n’y en avait que deux qui dépassait les 60%. Trois autres sont très proches de 60%. On peut considérer que les cinq sont dans une moyenne, et tout le reste est entre 30%, jusqu’à 45% d’alcool. Ce qui est insuffisant. »

Par ailleurs, ajoute Dr Diaby : « le troisième résultat, c’était l’efficacité maintenant des gels sur les microbes. Cela peut être des bactéries, virus ou champignons. Nous, on a voulu tester sur certaines bactéries pour voir est-ce que ces gels-là pouvaient les tuer. On les a mis en contact selon la méthode de diffusion. Quand on l’a fait, on s’est rendu compte que sur les quatorze gels, deux donnaient de bonnes réponses, certaines avaient une bonne réponse sur l’une ou l’autre bactérie, mais la plupart, 78% des gels avaient un effet très faible parfois même nul. On a trois gels qui avaient un effet nul ».