Vieillesse précoce pour le monument de la Renaissance

Une vieillesse précoce pour ces colosses à qui l’on prédisait une espérance de vie de 1.200 ans. L’érosion marine et « l’abandon » par un régime qui n’en veut pas détériorent la belle image que devaient offrir au monde entier ces statues en cuivre et en bronze surplombant la capitale sénégalaise.

L’homme (aux 100 tonnes de bronze et cuivre) et son doigt tendu vers le futur, la femme (70 tonnes) et l’enfant (20 tonnes), qui représentent le continent noir émergeant du sous-développement, ont perdu leur esthétique d’avril 2010, année d’inauguration en grande pompe de ce groupe monumental. C’est à la veille de la fête d’indépendance du Sénégal, on s’en souvient, que le président de la République d’alors, Abdoulaye Wade, avait inauguré ce monument, en compagnie de 19 dirigeants africains. Cinq ans plus tard, le vert-de-gris, signe d’oxydation, ronge petit à petit, comme un cancer, le métal de ce monument de 52 mètres haut qui domine Dakar.

La peinture chocolatée de son piédestal se détache, laissant paraître à plusieurs endroits l’effet de l’érosion marine sur cette construction de 12 milliards de FCFA. Si l’entretien des objets se trouvant à l’intérieur est quotidien, celui de ces géants pose problème.

« Entretenir les statues nous coûte extrêmement cher. C’est la raison pour laquelle, l’entretien ne se fait que tous les cinq ans. Peut-être que cette année-ci, ça va se faire, ou au plus tard l’an prochain », explique Mamadou qui servait de guide aux visiteurs, mais qui n’est aujourd’hui qu’un gardien des lieux, malgré lui, en raison de la rareté des touristes.

« En attendant, c’est la pluie qui va faire son œuvre de nettoyage », poursuit-il. Selon lui, le cuivre est le métal qui résiste le mieux à l’érosion marine, c’est pourquoi les constructeurs nord-coréens l’ont choisi avec du bronze.

Il faut de l’énergie pour gravir les escaliers en marbre gris qui mène au parvis du plus haut monument de Dakar. Un vrai parcours sportif pour les plus courageux. Aujourd’hui, c’est le cas d’un Européen, en tenue noire assortie à des lunettes, qui y fait son jogging malgré l’interdiction de rassemblement qui frappe le lieu depuis l’apparition du coronavirus au Sénégal.